Vous pourrez (très) bientôt toucher le chômage après une démission Vous pourrez (très) bientôt toucher le chômage après une démission

Job et réseau

Vous pourrez (très) bientôt toucher le chômage après une démission

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 23 Octobre 2019

D’après une texte qui entre en vigueur le 1er novembre prochain, il sera bientôt possible aux employés démissionnaires de toucher le chômage… Mais attention, à plusieurs conditions.

Il s’agissait d’une promesse de campagne du candidat Macron. Voilà qu’une loi entre en vigueur d’ici quelques jours, soit le 1er novembre prochain. A l’occasion de la réforme assurance-chômage, le gouvernement a en effet ouvert le droit à l’indemnisation chômage aux travailleurs qui ont démissionné. Attention tout de même : cette mesure n’est pas ouverte à tous. Loin de là.

En effet, pour bénéficier de l’allocation chômage, il faudra correspondre à plusieurs critères. Le premier : être dans l’entreprise depuis au moins cinq ans. Une mesure inaccessible, de fait, aux cadres les plus jeunes. Il sera bien sûr impossible de quitter la boîte pour aller faire le tour du monde, car il faut justifier d’un projet de reconversion sérieux. Ce dernier devra d’ailleurs être attesté par la commission paritaire interprofessionnelle régionale dont l’employé relève, bien avant que ce dernier ne démissionne. Elle sera seule juge de la teneur réelle et du sérieux du dossier du salarié. Ainsi, les critères changent en fonction de sa nature. 
Selon Le Figaro, dans le cas où l’employé souhaite se reconvertir et suivre une formation, la demande sera validée en fonction de la cohérence et de la pertinence du métier souhaité, des connaissances du salarié, de la formation qu'il envisage ainsi que des modalités de financement et des perspectives d’emploi à l’issue de la formation. 
Par ailleurs, si l’employé souhaite créer ou reprendre une entreprise, toutes les ressources financières qu’il prévoit seront scrutées par la commission, ainsi que les moyens techniques et humains dont il a besoin. 

Ce n’est que si son dossier est validé que le salarié devra faire une demande d’allocation chômage dans un délai de six mois maximum. Enfin, ce sera à lui d’entreprendre les démarches nécessaires à l’ouverture de son projet pour s’assurer qu’il bénéficie de l’assurance chômage.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires