Travail : pour lutter contre l’anxiété, bossez mal Travail : pour lutter contre l’anxiété, bossez mal

Job et réseau

Pour lutter contre l’anxiété au boulot, bossez mal par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 27 Avril 2018

Une scientifique anglaise a élaboré à une technique implacable pour lutter contre l’anxiété au boulot, qui ravira les plus flemmards d’entre nous : mal travailler. On vous explique comment ça fonctionne.

Face à l’anxiété causée par le boulot, adoptez une seule devise : "do it badly" ("fais-le mal" en français). Surprenant ? Pas vraiment, lorsqu’on découvre l’argumentation de la doctorante à l’Université de Cambridge, Olivia Remes, auteure de nombreux articles scientifiques en rapport avec l’anxiété chez les femmes. Selon elle, la façon dont nous abordons la charge de travail influe sur notre anxiété. Pourquoi ? À cause de notre petit côté perfectionniste, qui peut être une véritable source de stress. Par exemple, en voulant créer la présentation PowerPoint parfaite, on ne la trouvera jamais assez bien. Du coup, en changeant chaque détail des slides, on perd du temps. À côté de ça, la deadline des autres tâches à faire se rapproche à grand pas, et, face à la montagne de travail qui se profile, l’angoisse augmente… Vous saisissez le cercle vicieux ?

Au contraire, faire les choses moins bien facilite la prise de décision. Qu’est-ce qui peut nous stresser si on ne se soucie pas du résultat ? Poursuivons avec l'exemple du PowerPoint, si on démarre avec l’intention de le bâcler dès le début, impossible d'être déçu du résultat. Ainsi, le long processus de réflexion (comment organiser les diapos, quelle taille pour le titre, quelle police etc…) est une étape qui devient tout de suite plus rapide, puisque l’important est de le faire et non pas de bien le faire. Au final, l’exécution des tâches est plus rapide et nous permet d'être plus productif pendant les horaires de boulot. Mais ce n’est pas tout. Olivia Remes assure qu’à la fin de la journée, le travail accompli ne sera pas si mauvais que ça. En fait le "do it badly" est plutôt un moyen de se libérer de la pression. Alors, foncez. Même si on n’est pas trop sûrs que votre N+1 valide cette méthode...

via GIPHY

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus