Faut-il avoir honte de pleurer au travail ? Pourquoi vous ne devriez pas avoir honte de pleurer au travail

Job et réseau

Faut-il avoir honte de pleurer au travail ? par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Au boulot, on a tous des moments de ras-le-bol. Si vous êtes à deux doigts de tout envoyer bouler, certains vous recommanderont plutôt d'éclater en sanglots. Un comportement sain qui permet d'évacuer le stress et la frustration.

Que la personne qui ne s'est jamais senti dépassée par son boulot nous jette la pierre. Entre votre patron qui vous met la pression et vos collègues relous (auxquels viennent s'ajouter vos problèmes perso), pleurer au bureau est parfois inévitable. La preuve, même Sheryl Sandberg, la directrice générale de Facebook, l'assume dans Business Insider :"Nous avons tous des émotions et nous avons le droit de les partager au travail".

Et elle n’est pas la seule à le revendiquer : dans son ouvrage It’s Always Personal, la journaliste Anne Kreamer affirme que 41% des femmes et moins de 10% des hommes ont déjà fondu en larmes au travail (cependant, on se doute un peu que ces derniers ont du mal à l'avouer). "En dépit des bienfaits psychologiques, les femmes qui pleurent au travail sont envahies par la honte, alors que les hommes se sentent mieux", écrit-elle.

Si les larmes sont majoritairement acceptées par les employeurs, l’expert américain en ressources humaines S. Chris Edmonds déclare qu’elles peuvent être mal perçues par un environnement de travail toxique. "La compréhension ne signifie pas que vous encouragez les pleurs, mais que vous ne les sanctionnez pas non plus", confie-t-il au HuffPost avant d’ajouter que "pleurer n’est pas un signe de faiblesse mais une réaction émotionnelle face au travail et au quotidien". Retenir ses sanglots (et sa frustration) serait même nocif à notre santé mentale, d’après le site Shape, puisque pleurer nous permet d’évacuer tout excès d’émotion, négative ou positive. Alors la prochaine fois que vous frôlez le burn-out, sortez vos mouchoirs.

Crédit photo : GettyImages/portishead1 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.