Plus d’un Français sur deux accepte un emploi qui ne lui correspond pas pour sortir du chômage Plus d’un Français sur deux accepte un emploi qui ne lui correspond pas pour sortir du chômage

Job et réseau

Plus d’un Français sur deux accepte un emploi qui ne lui correspond pas pour sortir du chômage

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 12 Mars 2019

Mardi 12 mars 2019, Franceinfo publiait en exclusivité un sondage OpinionWay pour l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) qui révèle notamment qu’un Français sur deux accepte un emploi qui ne lui correspond pas.

Selon les chiffres de l’Insee publiés le 14 février 2019, le taux de chômage est repassé sous la barre des 9% pour la première fois depuis 10 ans. Et c’est certainement dû aux concessions que font les Français pour sortir du chômage. Selon le sondage sur le chômage et ses impacts, réalisé par OpinionWay - que Franceinfo publie en exclusivité ce mardi 12 mars - plus d'un actif sur deux (55%) s'est déjà trouvé dans la situation d'accepter un emploi qui ne lui convenait pas vraiment pour sortir du chômage... Par exemple, 42% d’entre eux confient avoir revu à la baisse leurs ambitions salariales, tandis que 39% ont accepté des emplois sous-qualifiés par rapport à leurs compétences.

D’autres actifs s'accommodent d’un secteur d’activité qui ne correspond pas à leur formation (39%) ou encore en se satisfaisant d'un type de contrat qu’il ne souhaitait pas au début de leur recherche d'emploi (37%). "C’est l’exemple typique du passage du ‘Je ne cherchais qu’un CDI’, qui est toujours perçu comme le Graal, à ‘Je suis prêt à prendre un CDD, voire des CDD de courtes durées'" explique à Franceinfo Vincent Godebout, délégué général de l’association SNC.

Côté confort, les chômeurs renoncent également à beaucoup de critères. L’enquête révèle que 35% des actifs. "Si les personnes sont prêtes à faire de telles concessions, il faut que l'on réfléchisse aux relations entre les recruteurs et les futurs recrutés. Il faut réinterroger les processus de recrutement", estime Vincent Godebout

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires