L’Allemagne adopte la semaine de 28 heures

Job et réseau

L’Allemagne adopte la semaine de 28 heures

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 9 Février 2018

Les patronats et syndicats allemands ont lâché la semaine de 35 heures pour un temps de travail hebdomadaire de 28 heures. La mesure ne concerne que les salariés de la métallurgie…

C’est officiel : dans la région de Bade Wurtemberg en Allemagne, les salariés de la métallurgie pourront réduire leur temps de travail à 28 heures par semaine. L’accord a été signé par le syndicat IG Metall et le patronat le lundi 5 février 2018, après des semaines de mobilisation. Reçue comme une victoire par les employés, la mesure concerne uniquement les travailleurs avec au moins 2 ans d’ancienneté dans leur entreprise et n’est valable que pour une durée limitée (de 6 mois à 2 ans). Mais elle n'est pas obligatoire : ceux qui préfèrent rester aux 35 heures pourront bénéficier d'une augmentation de salaire. 

Un modèle à suivre ? Pas tellement. Première économie européenne, l’Allemagne peut se permettre de travailler moins pour vivre mieux. C’est un peu différent en France. Le président du MEDEF, Pierre Gattaz, estime que cette mesure n’est "pas transposable en France", selon Libération. Et heureusement. Dans l’Hexagone, la CGT réclame déjà une réduction du temps de travail à 32 heures, ce qui fait déjà broncher certains. Pour cause : moins on travaille, moins on gagne d’argent. Rappelons quand même que le marché du travail français n'est déjà pas au top. N’étant pas franchement fan de la paupérisation, on préfère rester au bureau. #motivé  


Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus