Job : peut-on tricher sur son CV ?

Job et réseau

Job : peut-on tricher sur son CV ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

"Je viens de tomber sur une annonce pour le job de mes rêves. Problème : il faut un bac+5 et je n’ai qu’une licence. Qu’est-ce que je risque à mentir sur mon CV ?"

Pimper son curriculum vitae, c’est un peu comme la masturbation ou le fait de se curer le nez : personne n’ose en parler, mais tout le monde le fait. Selon une étude du cabinet de recrutement Florian Mantione Institut, 75 % des salariés enjolivent leur parcours – de quoi alléger votre conscience au moment de vous inventer un master. A part la honte d’être embauchée, puis grillée, vous ne craignez pas grand-chose.

Souvenez-vous de Scott Thompson, l’ex-président de Yahoo, qui se targuait d’avoir un beau diplôme en sciences informatiques, jusqu'à ce que le monde entier découvre, en 2012, qu’il s’agissait en fait d’une licence de compta. Ou de Robert Irvine, ce cuisinier star qui se présentait comme le créateur du gâteau de mariage de Charles et Diana, avant que la presse ne révèle, des années plus tard, qu’il avait seulement aidé à en choisir les fruits. Ces deux salariés ont été remerciés. Mais ce n’est pas toujours le cas.


En juin dernier, la Cour de cassation a en effet tranché en faveur d’un salarié viré pour cause de CV mytho, estimant que l’employeur aurait dû vérifier les infos. Et c’est bien là le problème : votre vie entière s’étale désormais sur le Web et il suffira au recruteur de faire un tour sur le site de votre fac pour connaître votre vrai cursus. Puis de checker votre Instagram, où l’utilisation massive du hashtag #TousLesCheminsMènentAuRhum en dira plus long sur vous qu’une lettre de recommandation. Vous pensez avoir effacé vos traces ? Méfiance ! Les erreurs de casting coûtent cher aux entreprises (6 500 € en moyenne selon la start-up de vérification de références EveryCheck) et elles n’hésitent plus à faire appel à des prestataires spécialisés pour mener l’enquête.

Mais pas la peine de renoncer à ce job pour autant, l’entreprise ment aussi : bon nombre de boîtes ont la main lourde lorsqu’elles rédigent leurs annonces, exigeant études en béton et compétences du cosmos – "une expérience de pompier volontaire au Turkménistan est un plus". Il ne tient qu’à vous de prouver en entretien que vous saurez compenser les quelques critères absents de votre CV. Sans oublier, d’ici là, de passer votre Insta en mode privé.

via GIPHY

Coline Clavaud-Mégevand

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.