Job : 9 profils de collègues insupportables Job : 9 profils de collègues insupportables

Job et réseau

Job : 9 profils de collègues insupportables par Charlotte Arce

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 22 Novembre 2019

Vous avez beau passer votre journée à leurs côtés et apprécier la plupart d’entre eux, certain.e.s de vos collègues cumulent petites manies et traits de caractère qui ont tendance à vous rendre fou/folle. Passage en revue de 9 profils exaspérants de l’open space.

#1 Le/la lèche-bottes
S’il/elle n’est clairement pas le/la plus doué.e de l’équipe, le/la lèche-bottes sait mieux que quiconque fignoler des compliments pour se mettre votre boss dans la poche. Quand il/elle ne fait pas de la rétention d’infos, il/elle valorise ses (modestes) exploits et passe sous silence toutes les tâches ingrates qu’il/elle refile aux autres sous prétexte qu’il/elle n’a pas le temps.

#2 Le/la dinosaure
Avec ses 20 ans d’ancienneté, c’est un peu comme s’il/elle faisait partie des meubles. Il n’y a qu’à jeter un œil à son bureau : rien n’a bougé depuis 1998. Réfractaire à tout changement, il/elle adore marmonner "c’était mieux avant" quand on décide de déménager la photocopieuse ou de renouveler un logiciel. Sa petite manie ? Étiqueter toutes ses fournitures, au cas où quelqu’un chercherait à lui piquer son agrafeuse.



#3 L’assisté.e
Il/elle a beau être là depuis deux ans, on dirait qu’il/elle a débarqué hier. Incapable de se débrouiller tout.e seul.e ou de prendre la moindre initiative, il/elle rabâche chaque semaine les mêmes questions, reproduit ad vitam aeternam les mêmes bourdes et ne sait toujours pas se servir de l’imprimante.

#4 Le/la sans-gêne
Rire à gorge déployée dans l’open space et parler fort au téléphone, c’est son credo. Sans filtre, le/la sans-gêne pose tout haut les questions qui fâchent ("dis-doooonc, t’as abusé du chocolat ou tu es enceinte ?") et ne voit absolument pas où est le problème quand il/elle décide de boulotter une choucroute de la mer ou de faire une retouche vernis à ongles à son bureau.


#5 Le/la compétiteur.trice
Aussi perfectionniste qu’arriviste, il/elle trouve le moindre prétexte pour se comparer aux autres afin de se rassurer sur ses propres compétences. Incapable de se réjouir quand quelqu’un de l’équipe obtient une prime, il/elle devient insupportable de fierté quand votre N+1 le/la félicite. Sa hantise ? Découvrir qu’un.e de ses collègues est mieux payé.e que lui/elle.

#6 Le/la râleur.se
Il/elle a toujours un truc qui cloche. Quand ce n’est pas la clim’ qui souffle trop fort, ce sont les frites de la cantine qui ne sont pas assez cuites ou sa chaise de bureau qui est inconfortable. Souvent hypocondriaque, cet.te éternel.le insatisfait.e s’épanouit dans sa complainte et vous fait redouter le jour où il/elle chopera vraiment la grippe.


#7 Le paternaliste
Pas vraiment méchant mais carrément crispant, il ne vous appelle jamais par votre prénom mais "ma petite" et adore vous expliquer des concepts que vous maîtrisez déjà. Adepte de la galanterie, il explique souvent être pour l’égalité salariale mais perd toute crédibilité quand il ajoute qu’il "regrette que les femmes d’aujourd’hui se comportent comme des hommes".

#8 Le/la tire-au-flanc
Souvent à la bourre le matin, il/elle est aussi sur le départ à 17 heures tapantes, que ses dossiers soient bouclés ou non. Adepte de la pause clope à rallonge, il/elle passe son temps à discuter sur Slack mais trouve quand même le moyen de pester quand on lui demande un service. Sinon, il/elle adore les pots de départ, qu’il/elle voit comme une bonne excuse pour ne pas bosser.

#9 Le/la corporate
Toujours partant.e pour un after work, il/elle adore faire des doodle pour programmer le prochain escape game entre collègues et s’investit comme personne les journées de team building. Il/elle ne se prive pas non plus d’enguirlander les collègues qui auraient le malheur de rechigner à faire du rafting un samedi matin par 5°C.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires