Job : 5 preuves que vous êtes une mauvaise boss Job : 5 preuves que vous êtes une mauvaise boss

Job et réseau

5 preuves que vous êtes une mauvaise boss par Lucile Quillet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mercredi 8 Août 2018

Vous pensez être la Sheryl Sandberg française. En réalité, votre équipe vous déteste et singe votre démarche dès que vous avez le dos tourné. Il est temps de regarder la vérité en face, et de remédier à ce triste constat.

#1 Vous ne savez pas de quel patelin vient Josie de la compta
Lorsque que vous avez quelque chose à dire aux members de votre équipe, vous les convoquez tous pour clamer une prêche managériale tel un gourou devant son peuple. Vous ne criez pas, vous n’injuriez personne. C’est bien, mais ça ne suffit pas. La bonne boss cultive une relation poussée avec chacun des membres de sa team. D’après une étude Malakoff Médéric publiée en avril 2017 sur la vie de bureau des entreprises françaises, 75% des salariés français attendent de leur patron qu’il s’inquiète de leur bien-être (burn-out, es-tu là ?) et qu’il les coache. Une autre étude de la Singapore Management University a montré que plus les leaders sont à l’écoute et ouverts, plus les collaborateurs sont productifs. Votre job n’est pas juste d’être gentille mais de savoir qui ils sont, pourquoi ils sont là et quels sont leurs leviers de motivation.

#2 Vous ne dites jamais merci
Vos employés travaillent bien, et c’est normal. Pour ne pas qu’ils se reposent sur leurs lauriers, vous leur en demandez toujours plus. Mais toujours, la gloire vous revient entièrement. À moins que vous ne soyez la dernière personne sur Terre à n’avoir toujours pas vu Le diable s’habille en Prada, vous savez que manager par la critique permanente est plutôt nocif. Toujours selon l’étude Malakoff Médéric, quatre salariés sur dix disent souffrir d’un manque de reconnaissance. Alors pensez souvent à dire “merci” à vos bons éléments mais aussi, à les présenter au-delà du service.


#3 Vous n’avez pas de vision
Selon une étude OpinionWay en mai 2017, les salariés estiment leur boss pour leur vision, bien avant leurs performances chiffrées. Sans ça, vous privez votre service d’une vraie ambition… et devenez vite interchangeable. Sans aller jusqu’à la jouer Leo dans Le loup de Wall Street, il est grand temps d’aller expliquer en quoi “Ceci est notre projeeeet” pour rebooster les troupes.

#4 Vous ne dormez pas bien
Vous finissez tard et commencez tôt. C’est votre devoir de boss, pensez-vous. Replongez donc la tête dans l’oreiller. Selon une étude américaine publiée en 2016 dans The Academy of Management Journal, la qualité du sommeil du boss influencerait les performances des salariés. Car un patron reposé est moins agressif et nerveux mais surtout plus engageant : les salariés n’en sont plus que motivés.

#5 Vous voulez trop être aimée
Un peu comme votre mère, vous voulez être tout pour vos employés : la figure d’autorité, la confidente, la copine, celle à qui on doit tout. Du coup, vous jouez la meuf extravertie, qui raconte son plan cul foireux à Romain juste après lui avoir dit qu’il avait vraiment merdé ce trimestre. Avant de le poursuivre dans la rue pour vous incruster à l’afterwork. Votre mission n’est pas d’être élue Queen Prom de l’open-space. Si ça peut vous rassurer, une étude publiée dans la Harvard Business Review en avril 2017 affirme que les personnalités introverties feraient de meilleurs patrons. Détendez-vous et allez plutôt à un afterwork... entre boss.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus