Etude : une poignée de mains de plus de trois secondes peut causer de l’anxiété Etude : une poignée de mains de plus de trois secondes peut causer de l’anxiété

Job et réseau

Etude : une poignée de main de plus de trois secondes peut causer de l’anxiété par Laura Anglionin

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 15 Octobre 2019

Qui n’a jamais éprouvé de malaise lors d’une poignée de main trop longue, pas sereine ou alors avec beaucoup trop de poigne ? Non seulement, c’est inutile pour la personne qui subit, mais cela ne sert strictement à rien, si ce n’est que d’imposer sa supériorité à son interlocuteur. Une étude a révélé que cette action pas si anodine était source d’angoisse.

On en connaît un qui adore faire des poignées de main super longues, vous l’aurez deviné : Donald Trump. Il a quand même passé 19 secondes à tenir la main du Premier ministre Shinzo Abe, le tout accompagné de tapes dans le dos. Sinon ce n’est pas drôle. Emmanuel Macron en a aussi fait les frais avec une poignée de main de 25 secondes lors du 14 juillet 2017.

Des scientifiques de Dundee (Ecosse) ont tiré la sonnette d’alarme en ce qui concerne les poignées de main de plus de trois secondes. Et pour cause, cela impacterait négativement les réunions de travail mais aussi les relations en elles-mêmes.

Bien que cette technique de salutation très formelle soit ancrée dans les mœurs, elle n’est pas pour autant si apprécié que cela. La poignée de main marque le début d’un entretien, d’une réunion ou tout simplement d’une rencontre professionnelle. Même si, d’apparence, elle apparaît comme un geste chaleureux, il y a tout de même une durée à respecter. Parmi les 36 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, les personnes à qui on a longuement serré la main ont moins ri et ont commencé à montrer des signes d’anxiétés assez visibles. Contrairement à ceux qui ont eu une poignée de main en dessous de trois secondes, ils étaient moins souriants aussi, mais se sont sentis plus naturels dans leur malaise.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires