Etude : les personnes infidèles seraient moins fiables au travail Etude : les personnes infidèles seraient moins fiables au travail

Job et réseau

Etude : les personnes infidèles seraient moins fiables au travail

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Mercredi 14 Août 2019

Des chercheurs américains ont découvert qu’il existerait une corrélation entre l’adultère et la mauvaise conduite au travail. Ainsi les personnes qui trompent leurs partenaires dans le cadre intime seraient aussi moins fiables dans le cadre professionnel.

Et s’il suffisait d’observer le comportement d’un/e collègue au travail pour griller si il/elle est infidèle ou non ? Selon une étude réalisée par des professeurs en finance des universités de Texas et d’Emory publiée sur le site Bloomberg, une personne qui a pour habitude de tromper son ou sa partenaire serait aussi plus susceptible de mal se conduire, de tricher et de mentir au travail. Pour établir ce rapport qui vise particulièrement les patrons et les cadres supérieurs, les professeurs ont examiné les données du site de rencontre Ashley Madison, celui-ci s’adresse aux hommes mariés qui sont à la recherche d’aventures extra-conjugales en toute discrétion. En 2015, suite à une faille informatique, le site avait rendu public les profils de 30 millions d’utilisateurs.

Parmi tous ces comptes, les trois auteurs de l’étude sont parvenus à distinguer 4 groupes d’utilisateurs distincts en essayant d’exclure au maximum les potentiels faux profils. Pour cela ils n’ont retenu que les clients dont l’adresse correspondait à un numéro de carte de crédit. Au total ce sont donc 11 000 personnes qui ont été étudiées, parmi elles on retrouvait de nombreux courtiers, des dirigeants d’entreprises ou encore des officiers de police. C’est ainsi que les chercheurs ont pu déterminer que ces clients de Ashley Madison en particulier étaient deux fois plus susceptibles d’avoir enfreint les codes de conduite professionnelle que les autres. "Notre étude démontre que ceux qui trichent dans un contexte sont également ceux qui vont tricher dans d'autres" indique John Griffin l’un des conducteurs de cette recherche. Il précise tout de même que leur but n’est pas "de faire la morale aux gens" : "nous ne faisons qu’examiner les données et ceux-ci parlent d’eux même".

L’enquête révèle également que 4% des personnes accusées d’avoir violé des lois de sécurité de la SEC (Securities and Exchange Commission) avaient payé un abonnement au site Ashley Madison entre 2010 et 2015. On apprend aussi que les patrons et les directeurs administratifs et financiers qui possédaient des comptes actifs sur le site de rencontre étaient deux fois plus susceptibles d’avoir commis une inexactitude financière ou d’être au cœur de procédures judiciaires.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires