Etude : au travail, les physiques "ingrats" sont mieux payés Etude : au travail, les physiques "ingrats" sont mieux payés

Job et réseau

Etude : au travail, les physiques "ingrats" sont mieux payés par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Jeudi 26 Avril 2018

Vous pensiez être gagnant partout parce que vous êtes beau/belle ? Eh non : d’après une étude, vos collègues les moins attirants gagnent plus que vous. On ne sait plus du tout quoi penser…

On a une mauvaise nouvelle pour les beaux et belles gosses : au travail, votre charme est loin d’être suffisant. Le 20 avril 2018, une étude publiée dans le Journal of Business and Psychology a révèlé que les personnes aux physiques jugés difficiles gagnent plus que leurs homologues à l’apparence impeccable.

Satoshi Kanazawa, de l’école londonienne de Sciences Politiques et d’Economie, et Mary Still, professeure à l’Université de Massachussetts aux Etats-Unis ont mené leur enquête auprès de 20 000 jeunes Américains, dès leur adolescence et jusqu’à leur 29 ans. Et leurs résultats contredisent totalement la pénalité de mocheté puisque, selon eux, l’intelligence, la santé, la gentillesse et l’extraversion d’une personne seraient plus déterminantes pour le montant de son salaire. Autre donnée : en comparant les fiches de paie des participants les moins attrayants à celles de leurs collègues "potables" ou beaux gosses, les chercheurs ont noté une différence en faveur des salariés aux physiques "difficiles". Pour Alex Fradera, psychologue et journaliste pour le BPS Digest, les participants à l’apparence jugée ingrate sont juste moins ouverts et donc "très dévoué à un sujet spécifique en le poursuivant de manière obsessionnelle, en mettant de côté toutes leurs distractions". En d’autres termes : les "moches" seraient beaucoup plus investis dans leur carrière.    

Sympa, mais il y a un hic : on est totalement perdus. En 2011, dans Beauty Pays : Why Attractive People Are More Successful, le professeur Daniel Hamermesh déclarait que les beaux physiques gagnaient environ 4% de plus que leurs collègues moins attrayants.  Et le concept d’une beauté avantageuse dans l’open-space n’avait rien de nouveau, à cette époque non plus. Une autre étude menée par l’Université d’Harvard en 2005 avait montré que les attentes des employeurs vis-à-vis de leurs salariés les plus attractifs étaient plus grandes que celles qu’ils avaient de leurs employés désavantagés par la nature. Et si on se disait plutôt que tout le monde est beau et que c'est simplement une affaire de préférence ? Ça serait sympa pour le concept "d'égalité salariale", dont tout le monde parle.  

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus