Egalité salariale : une femme obtient 161 000 euros pour avoir été moins payée que ses collègues masculins Egalité salariale : une femme obtient 161 000 euros pour avoir été moins payée que ses collègues masculins

Job et réseau

Egalité salariale : une femme obtient 161 000 euros pour avoir été moins payée que ses collègues masculins

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 25 Octobre 2019

À Nantes, une employée a fait condamner son ex-employeur pour lui avoir versé un salaire plus bas que celui de ses collègues masculins pendant quarante ans. Elle a été dédommagée de 161 000 euros.

Comme la majorité des femmes, sa fiche de paye affichait chaque mois un montant moins élevé que celui de ses collègues masculins. Et elle a demandé à ce que justice soit faite pour réparer cette inégalité salariale. Résultat, une ex-employée nantaise de l’entreprise d’assurance Generali a été dédommagée de 161 000 euros. Jeune retraitée entrée chez Generali en 1978, elle a passé quarante années au service des indemnisations des assurés. En 2010, elle s’aperçoit que son salaire mensuel de 2384 euros brut est inférieur de 416 euros à celui d'un employé embauché un an après elle. Elle en informe son employeur qui reconnaît un écart de rémunération. La salariée sera alors augmentée de façon insignifiante selon elle. Alors, en 2015, elle réitère une demande d'augmentation de rattrapage qui, cette fois-ci, sera rejetée.

Une fois à la retraite, elle décide d’attaquer son ex-employeur aux prud’hommes. L’entreprise Generali devra verser 161.000 euros à la plaignante nantaise. La somme correspond à 416 euros brut sur les 493 mois travaillés dans l'entreprise, plus 5000 euros de préjudice moral ajouté à 5000 euros pour violation des accords relatifs à l’égalité professionnelle en vigueur dans l’entreprise. Contacté par Ouest France, Generali conteste toute discrimination. L'assureur a même décidé de faire appel de la décision estimant que le montant des dommages est "inhabituel et disproportionné". En France, seules 6% des entreprises respectent l'égalité salariale entre les femmes et les hommes. 

O.M

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires