Egalité salariale femmes-hommes : les grandes entreprises doivent désormais publier leurs données Egalité salariale femmes-hommes : les grandes entreprises doivent désormais publier leurs données

Job et réseau

Egalité salariale femmes-hommes : les grandes entreprises doivent désormais publier leurs données par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Dimanche 3 Mars 2019

Selon des chiffres publiés par le JDD ce samedi 2 mars 2019, seules 700 des 1 400 grandes entreprises françaises ont diffusé leur indice de performance en matière d’égalité salariale femmes-hommes. Mais les choses vont rapidement changer puisque depuis le 1er mars 2019, elles sont dans l’obligation de le faire.

Dans son édition du 2 mars 2019, le JDD révélait que sur les 1 400 entreprises françaises de plus de 1 000 salariés, seules 700 avaient déjà dévoilé leur indice de performance en matière de d’égalité salariale femmes-hommes. Triste constat. Mais les choses s’apprêtent à changer. Depuis le 1er mars 2019, elles sont obligées de publier leur index. Une note qui se décompose en cinq critères : l’écart de rémunération femmes-hommes, celui observé dans les augmentations annuelles, celui constaté dans les promotions, les augmentations au retour de congé maternité et enfin, la présence de femmes parmi les plus gros salaires de l’entreprise. Des éléments qui permettent donc de donner une note sur 100 à chaque grande firme qui, si elle n’atteint pas au moins les 75 points, aura trois ans pour rectifier le tir, sous peine de devoir mettre la main au porte-monnaie. Pour le moment, le gouvernement a prévu une sanction pouvant aller jusqu’à 1% de la masse salariale de l’entreprise

Parmi les entreprises ayant déjà communiqué à ce sujet, le groupe LVMH qui obtient une note de 90/100, le constructeur Alstom qui cumule 95 points ou encore La Poste qui récolte 94 points. En revanche, une grande entreprise sur cinq n’obtient pour le moment pas la note minimale de 75 points. Parmi elles, la boîte de services du numérique Atos, Radio France et GRDF. Pour ce qui en est des entreprises de moins de 1 000 salariés, elles bénéficient de plus de temps pour publier leurs notes d'égalité salariale femmes-hommes. Les firmes de 250 salariés et plus ont jusqu’au 1er septembre 2019, et les toutes petites et petites entreprises ont quant à elle jusqu’au 1er mars 2020 pour faire le point sur leur situation. Un (tout) petit pas en avant qui est cependant nécessaire puisqu’aujourd’hui encore, en France, les femmes sont payées en moyenne 25% de moins que les hommes… 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires