Égalité femmes-hommes : le 5 novembre 2019, à partir de 16h47, les femmes travaillent gratuitement Égalité femmes-hommes : le 5 novembre 2019, à partir de 16h47, les femmes travaillent gratuitement

Job et réseau

Égalité femmes-hommes : ce 5 novembre 2019, à partir de 16h47, les femmes travaillent gratuitement par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 5 Novembre 2019

On est encore bien loin de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Ce mardi 5 novembre 2019 à partir de 16h47, les femmes travaillent gratuitement et ce, jusqu’à la fin de l’année.

En France, comme partout ailleurs en Europe, les femmes continuent à gagner moins que leurs homologues masculins. À partir de ce 5 novembre 2019 à 16h47 précises, la moitié de la population travaille donc pour rien. Selon les derniers chiffres fournis par Eurostat, l’Insee européen, les salaires des employées sont inférieurs de 15,4% à ceux des hommes. Pour la quatrième année consécutive, le mouvement féministe Les Glorieuses a converti ce pourcentage abstrait en jours travaillés. Résultat, ce mardi 5 novembre 2019, elles travaillent gratuitement. Mesdames, il est donc grand temps de demander une augmentation. Pour ce faire, la Fondation des femmes a mis en ligne un guide juridique avec de nombreux.ses conseils et vidéos.

Sur l’échelle européenne, la France fait figure de bon élève puisque l’écart salarial entre les femmes et les hommes y est de 15% contre 21% en Allemagne, et plus de 25% en Estonie. C’est le Luxembourg qui occupe la première place du classement avec seulement 5% de différence entre les sexes. Mais, sous l’impulsion de la Loi Pacte, la courbe pourrait bientôt s’inverser dans l’Hexagone. Elle prévoit que les entreprises de plus de 250 salarié.e.s publient un index de l’égalité femmes-hommes qui imposerait une mauvaise note pouvant, à terme, entraîner une amende. Une mesure nécessaire mais pas suffisante pour Rebecca Amsellem, créatrice des Glorieuses, qui demande plus de mesures comme la mise en place d’un certificat d’égalité. Ce papier officiel, déjà en circulation en Islande, serait à renouveler tous les trois ans et permettrait de prouver que les patron.ne.s payent les femmes et les hommes de la même manière. Il pourrait surtout éviter que le schéma se répète. En 2017, les salariées ont commencé à travailler gratuitement le 7 novembre et en 2018, le 6 novembre et cette année, le 5 novembre. Elle semble loin l’égalité salariale…

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires