D’après une étude, un salarié sur deux se dit "épuisé moralement et physiquement" par son travail D’après une étude, un salarié sur deux se dit "épuisé moralement et physiquement" par son travail

Job et réseau

D’après une étude, un salarié sur deux se dit "épuisé moralement et physiquement" par son travail

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 20 Septembre 2019

La 11ème édition du Baromètre Santé et qualité de vie au travail réalisé par l’Ifop pour le compte du groupe de protection sociale Malakoff Mederic Humanis révèle que les salariés Français se sentent de plus en plus épuisés par leur travail et que celui-ci porte également préjudice à leur santé.

Au travail, nombreux sont les salariés qui ont la tête sous l’eau. Cela n’est pas sans conséquences sur leur état de santé qui semble se dégrader à mesure que les tâches s’accumulent et que les dossiers s’entassent sur le bureau. C’est ce que fait apparaître la 11ème édition du Baromètre Santé et qualité de vie réalisé par l’Ifop pour l’assureur Malakoff Mederic Humanis. 4552 salariés du privé ont donc été interrogés et s’ils étaient une grande majorité (56%) à trouver que leur entreprise s’occupait de mieux en mieux de leur bien-être, ils étaient aussi 53% à déclarer que leur travail était "physiquement épuisant". Un chiffre en hausse par rapport à l’année dernière chez les salariés de moins de 30 ans et plus particulièrement dans les secteurs du BTP, de l'industrie et des services mais aussi chez les employés et les cadres. 

La santé mentale des salariés en péril
Et alors que 1 travailleur sur 2 estime que son rythme de travail s’est accéléré au cours des 12 derniers mois, 54% ont le sentiment d’être moralement épuisés par leur travail. La raison de leur fatigue ? Selon 78% des sondés leur travail nécessiterait de "trop longues périodes de concentration" tandis que 70% déplorent le fait qu’ils doivent "travailler très vite et très intensément".  38% du panel affirment même être obligé de travailler de chez eux le soir pour réussir à boucler leurs dossiers. Ainsi, 7 salariés sur 10 considèrent leur travail comme "nerveusement fatiguant" pointant le fait qu’ils ont de plus en plus de mal à concilier vie-perso et vie-pro. 

Quelles explications pour quelles solutions ? 
Anne-Sophie Godon, directrice de l'innovation chez Malakoff Médéric Humanis a expliqué au Parisien  que cette fatigue générale serait dû à "une intensification du travail dans certains secteurs comme les services, le développement des métiers de la logistique et de la livraison à domicile, des centres d'appels, où les tâches sont répétitives". Elle pointe aussi du doigt les temps de transports, indiquant que 38% des salariés y passeraient plus d’une heure par jour et finit par évoquer que 9% des salariés sondés ont souvent deux employeurs, et qu’un salarié sur cinq doit aider un proche malade ou dépendant après le travail. 

Quelles solutions sont donc à envisager pour inverser la tendance ? Pour 47% des salariés il s’agirait surtout d’assouplir les horaires de travail, 25% aimeraient que le télétravail soit davantage favorisé et 31% pensent qu’il serait judicieux de réduire le temps de travail. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires