Chômage : 20 professions à éviter si vous ne voulez pas finir à Pole Emploi Chômage : 20 professions à éviter si vous ne voulez pas finir à Pole Emploi

Job et réseau

Emploi : 20 jobs à éviter si vous ne voulez pas finir au chômage par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Vendredi 15 Juin 2018

Si vous êtes à la recherche d’un emploi, à pourvoir dès la rentrée, vous allez devoir éviter ces métiers, d’après un sondage Qapa.

En mai 2018, l’INSEE nous apprenait que le chômage était en hausse depuis le début de l’année. On a peut-être découvert pourquoi, grâce à une nouvelle enquête Qapa, publiée début-juin 2018. La plateforme de recherche d'emplois a établi la liste officielle des 20 métiers qui recrutent le moins, en analysant 450 000 offres diffusées sur son site. Et on n’est vraiment pas rassurés.

#1 Journaliste

Quelle chance, on est en première position ! Ce n’est pas un secret : le secteur des médias est en crise depuis un bout de temps. En une douzaine d’années, le nombre de cartes de presse a considérablement diminué : de 36 503 en 2005, on est passé à 35 047 en 2017. On revient tout de suite, on va juste essayer de peaufiner notre CV... #déprime

#2 Documentaliste

Les documentalistes occupent cette place pour la seconde année consécutive, ils y étaient déjà dans le classement en 2017. Une preuve de la stagnation de ce secteur dont les raisons ne sont pas expliquées par l’enquête. Dans tous les cas, un documentaliste peut s’adapter à tous les environnements, de la bibliothèque à l’entreprise, dès le moment où il n’est pas craintif des outils digitaux, jonglage de data oblige. On croise les doigts pour vous !

#3 Employé de banque

En 2017, le Syndicat National des Banques (SNB) révélait que les banquiers se faisaient déjà des cheveux blancs pour leur avenir professionnel, en estimant que leurs conditions de travail se dégradaient. La raison : une hausse de travail constante. Et n’oublions pas Internet qui nous permet déjà de gérer nos finances à distance.

#4 Imprimeur

Il veille à la production de nos livres et de nos journaux, mais l’imprimeur se retrouve quand même en quatrième position de ce classement. Ce qui ne nous étonne pas : la numérisation de nos documents et le boom du digital mène la vie dure aux imprimeurs depuis bien longtemps.

#5 Artiste

Ecrivain, peintre ou musicien, vivre de son art est difficile. Tandis que certains choisissent d’être intermittent (et on connaît les inconvénients de cette profession), d’autres mettent leurs projets créatifs de côté pour devenir salariés, afin de subvenir à leurs besoins.

#6 Opérateur industriel textile

Les ouvriers du textile sont en sixième place du classement Qapa, faute d’opportunités professionnelles. Résultat : la main d’œuvre se fait la malle, en raison de la robotisation de leur travail qui implique la gestion, parfois compliquée, d’opérations techniques.

#7 Psychologue

On les retrouve dans les écoles ou lycées, les cliniques, les entreprises mais aussi, s’ils ont assez de chance et de moyens, dans leur propre cabinet. Malheureusement, s’ils sont d’une aide précieuse face aux épreuves difficiles, les jeunes psychologues peinent à se constituer une patientèle, ce qui leur porte préjudice.

#8 Juriste d’entreprise

Connaître la loi sur le bout des doigts, c’est fatigant. Les juristes d’entreprise doivent conseiller leurs collègues en prenant connaissance de l’actualité juridique, s’assurer du respect des lois et protéger les intérêts de leur entreprise. Ils sont aussi souvent submergés par le boulot les week-ends. Le comble : c’est un job qui recrute peu.

#9 Poseur de panneaux solaires 

Et nous qui pensions que l’énergie renouvelable était hype. Que ce soit à cause du coût des panneaux solaires ou encore la production de produits toxiques qu’ils engendrent, transformer la lumière du soleil en watts n’a plus autant de succès sur le marché du travail.

#10 Formateur en langue étrangère

Pour éviter les phrases type "Brian is in ze kitchen", certains font parfois appel à un expert polyglotte pour les guider dans leur apprentissage de la langue de Shakespeare. Malheureusement, ces derniers sont remplacés le plus souvent par des dicos franco-anglais (ou franco-autre chose), ou même par des applications. Résultat : la profession connaît un flop considérable et se retrouve en dixième position.

#11 Assistant import-export

Toujours pas d’explications de Qapa pour expliquer la réduction des postes d’assistant import-export. Un métier consistant à gérer des opérations administratives et logistiques, de la commande au paiement, en passant par la livraison.

#12 Chef de projet marketing

La fonction d’un chef de projet marketing : définir un plan et une stratégie pour vendre un produit. Un job qui implique une veille concurrentielle pointilleuse, la maîtrise de plusieurs langues et un esprit inventif. Le plus attractif pour les recrues potentielles ? Le succès commercial d’un produit rapporte très gros. Le seul inconvénient : les horaires, parfois irréguliers.

#13 Animateur socioculturel

On les retrouve dans les colonies de vacances, en centre aéré et même en maison de retraite. Les animateurs socioculturels sont multitâches : ils peuvent sensibiliser enfants et adultes aux arts mais aussi aider ceux confrontés aux difficultés sociales.  Ils sont principalement employés par des organismes publics comme des associations ou la mairie de leur ville. Des collectifs qui peuvent manquer de moyens.

#14 Prof d’EPS

Les postes de professeurs d’EPS, dans les écoles, les collèges ou les lycées, attirent de plus en plus de candidats. La raison : la filière STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, ndlr) est l’une des plus demandées sur Parcoursup, alias APB. Et, forcément, la concurrence est rude. 

 

#15 Hôtesse de l’air/ stewart

En 15ème place de ce classement : les hôtesses de l’air et les stewarts, qui manquent d’opportunités professionnelles et qui peinent à évoluer dans leur domaine. Rien d’autre à signaler, d’après le sondage Qapa, mais on se demande si les grèves chez Air France ont finalement eu un impact sur le métier.

#16 Architecte BTP

Dans un contexte économique de crise, les architectes en bâtiment et travaux publics (BTP) peinent à trouver des contrats de travail d’après une étude du Conseil National de l’Ordre des Architectes, publiée en 2016. Des difficultés qui les placent en 16ème position du classement.

#17 Couturier
On retrouve le métier de couturier en 17ème place du palmarès Qapa. Si les raisons ne sont pas claires, Qapa précise tout de même que l’industrie de l’artisanat est en pleine difficulté et peine à se relever. 

Le classement ne s'arrête pas là. En 18ème, 19ème et dernière positions, on retrouve : chef de produit touristique, chimiste et hôtesse de caisse. Vous ne pourrez pas dire qu'on ne vous a pas prévenus. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus