Assurance chômage : les nouvelles règles d’indemnisation à connaitre Assurance chômage : les nouvelles règles d’indemnisation à connaitre

Job et réseau

Assurance chômage : les nouvelles règles d’indemnisation à connaitre

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mercredi 30 Octobre 2019

Les conditions d’accès à l’indemnisation chômage s’apprêtent à être modifiées dès le 1er novembre 2019. Voici ce qu’il faut en retenir.

Dès le 1er novembre 2019, des nouvelles règles concernant les conditions d’accès aux indemnités de chômage vont entrer en vigueur. La réforme intervient alors que le gouvernement souhaite réduire les dépenses, elle permettra alors d’économiser deux milliards d’euros par an. Cependant, la nouvelle mesure connait une controverse. Et pour cause : les chômeurs seront moins bien indemnisés qu’auparavant.

L’ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires et aux indépendants

Il s’agissait d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Les travailleurs qui ont démissionné pourront bénéficier de l’allocation chômage. Toutefois, cette réforme n’est pas ouverte à tous. Elle concernera les employés justifiant d’une ancienneté d’au moins cinq ans dans l’entreprise. La démission devra suivre d’un projet de reconversion viable pour être attesté par la commission paritaire interprofessionnelle régionale dont le salarié dépend, le tout avant que celui-ci ne de démissionne.

Pour les indépendants, une allocation forfaitaire de 800 euros par mois pendant six mois sera disponible en cas de liquidation judiciaire. Cependant, les revenus du travailleur freelance devront être égaux ou supérieur à 10 000 euros par an sur les deux années précédent la liquidation.

Le changement de l’accès aux droits

Pour bénéficier des droits aux allocations, il faudra désormais avoir cumulé au moins six mois de travail (130 jours ou 910 heures) sur les vingt-quatre derniers mois. Jusqu'à présent, il suffisait de justifier de quatre mois de travail sur les vingt-huit derniers mois. Selon l’Unédic, l’association de la gestion de l’assurance chômage en France, 410 000 allocataires pourraient voir le début de leur indemnisation retardé, et 300 000 d’entre eux seraient indemnisés sur une plus courte durée.

Le rechargement des droits supprimé

Créés en 2014, les rechargements représentent aujourd'hui un quart des ouvertures de droits. Jusqu'au 31 octobre 2019, si un demandeur d'emploi travaillait au minimum un mois, la durée du versement de ses indemnisations était prolongée d'autant. Passé le 1er novembre, il faudra qu’il travaille au moins six mois pour en bénéficier, ce qui revient à supprimer le principe du rechargement des droits.

Un nouveau calcul des indemnités

En avril 2020 le calcul du montant de l’allocation chômage change, surtout pour les travailleurs qui enchainent les contrats courts. Leur allocation mensuelle passera de 905 euros à 708 euros en moyenne versée sur dix-huit mois au lieu des douze mois actuels.

L’instauration d’une dégressivité d’indemnisation pour les salariés à hauts revenus

Cette nouveauté s’adresse aux salariés qui touchent un salaire supérieur à 4 500 euros brut par mois. À partir du septième mois de chômage, ils verront le montant de leur indemnisation être réduit de 30% avec un minimum à 2 261 euros net mensuels.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires