1 homme sur 3 démissionnerait en cas d’inégalités salariales femmes-hommes 1 homme sur 3 démissionnerait en cas d’inégalités salariales femmes-hommes

Job et réseau

1 homme sur 3 démissionnerait en cas d’inégalités salariales femmes-hommes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 8 Avril 2019

Le 3 avril 2019, l’organisation spécialisée en ressources humaines ADP (Automatic Data Processing), a publié une étude qui révèle qu’un homme sur trois démissionnerait en cas d’inégalités salariales femmes-hommes dans son entreprise.

En cas d’inégalités salariales femmes-hommes, un homme sur trois serait prêt à quitter son poste en entreprise. C’est en tout cas ce que révèle l’étude annuelle "The Workface View in Europe 2019" du spécialiste étatsunien des ressources humaines, ADP (Automatic Data Processing), publiée le mercredi 3 avril 2019. Pour arriver à ces chiffres, l’organisme a interrogé 10 585 salariés en Europe sur leurs impressions face aux inégalités salariales femmes-hommes au sein de leur environnement professionnel. Selon l’étude, la lutte contre ces inégalités sont en hausse dans les entreprises européennes, puisque 27% des salariés estime qu’un signalement des écarts de rémunération devrait être mis en place au sein de leur boîte. Une hausse de 5% par rapport au rapport annuel de 2018.

En Europe, c’est en Espagne que les salariés sont le plus sensibles aux écarts salariaux avec 34% des interrogés qui sont prêts à les signaler au RH de leur entreprise, contre seulement 29% en France avec, sans surprise, une plus grande dénonciation chez les femmes (34%) que chez les hommes (25%). Mais c’est en Italie que les salariés sont davantage prêts à quitter leur emploi s’ils découvraient qu’il existe une inégalité salariale entre les femmes et les hommes au sein de leur lieu de travail avec un taux de 73%. Les salariés Français, eux, sont moins enclins à prendre une telle décision puisqu’ils ne sont que 46% à répondre oui. Un chiffre qui descend à seulement 37% pour les hommes.

En revanche, les millenials sont les moins tolérants envers les écarts de salaires femmes/hommes. Ils sont plus d’un tiers (34 %) à juger nécessaire la dénonciation de ces inégalités au sein de leur entreprise. Et 67 % d’entre eux sont prêts à changer d’entreprise s’ils découvraient l’existence d’une telle discrimination de la part de leur employeur…

O.M

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires