"Une Fois Pour Toutes" : un spectacle pour rire contre le sexisme "Une Fois Pour Toutes" : un spectacle pour rire contre le sexisme

L'époque en live

"Une Fois Pour Toutes" : un spectacle pour rire contre le sexisme par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Ce jeudi 8 mars 2018 marque la Journée internationale des Droits des Femmes : une occasion de plus de lutter contre le sexisme, avec le rire comme arme. C’est le but du spectacle "Une Fois Pour Toutes", diffusé ce soir sur France 4 et auquel ont participé plusieurs humoristes français, dont Laura Domenge, Shirley Souagnon et Waly Dia.

A l’occasion de la Journée internationale des Droits des Femmes, le jeudi 8 mars 2018, plusieurs humoristes français, hommes et femmes confondus, se sont réunis pour nous faire rire contre le sexisme, le temps du spectacle Une Fois Pour Toutes. On y était et entre Anne Roumanoff qui revisite les fables de La Fontaine façon #balancetonporc, Laury Thilleman qui s'improvise majorette avant d'être recalée par Nagui et Walter qui tente de draguer les femmes avec un accent belge, on s'est bien marrés. Près de 2 heures de fous rires, que vous pouvez retrouver dès ce soir sur France 4 à 21h, durant lesquelles les comédiens se sont attaqués aux stéréotypes sexistes auxquels les femmes sont confrontées au quotidien.
Les pros de l'humour Laura Domenge, Shirley Souagnon et Waly Dia étaient de la partie. On les a rencontrés pour parler sexisme, femmes inspirantes et mecs relous.   

#1 Laura Domenge : "On a réussi à inventer la brosse à dents électrique mais pas l'égalité salariale"

Glamour : A quoi sert la journée du 8 mars ? 
Laura Domenge :
On l‘appelle  vulgairement "La Journée des Femmes" mais c’est la Journée des Droits des Femmes. Il ne s’agit pas que d’égalité des sexes mais d’égalité des droits. Cette journée rappelle qu’on n’a pas encore atteint l’égalité. C’est quand même fou qu’on ait réussi à inventer un outil comme la brosse à dents électrique mais pas l’égalité salariale. On devrait y travailler tous les jours.

G : Avez-vous déjà été victime de sexisme ?
L.D : Tous les jours. Les femmes ont la réputation d’être moins drôles que les hommes. S’imposer sur les plateaux s’avère compliqué quand on est une femme humoriste, à cause de ce cliché mais aussi parce qu’on se fie au physique. Sans lui, certains considèrent qu’on ne vaut pas la peine d’être écoutées. Étonnamment, certaines femmes y croient aussi. Il y a donc une double-pression : on doit impérativement faire rire le public parce que l’honneur du sexe féminin est en jeu.

G : Comment vanner un homme qui vous prend la tête ?
L.D :
S’il me balance que je ne suis pas drôle parce que je suis une femme, je lui dirais : "mais qui te dit que je suis une fille ?"

Crédit : Augustin Detienne

#2 Shirley Souagnon : "Même les femmes peuvent faire preuve de sexisme"

Glamour : A quoi sert la journée du 8 mars ? 
Shirley Souagnon :
C’est une journée qui marque le combat qui doit toujours être mené, même en dehors du 8 mars. Ce qui nous arrive, à nous les femmes, c’est une maladie à éradiquer.

G : Avez-vous déjà été victime de sexisme ?
S.S :
Je pense que oui, mais comme pour le racisme, je n’arrive pas à le prendre personnellement. J’ai de la pitié pour celui ou celle qui en fait preuve, car cette personne doit être conditionnée à penser de cette façon. De mon côté, je suis un peu misogyne aussi avec les filles. C’est ce que je dis, sur le ton de l’humour, dans mes sketchs. Même les femmes peuvent faire preuve de sexisme. 

G : Comment vanner un homme qui vous prend la tête ? 
S.S : "Tu sais ce que j’aime le plus chez toi ? Ta femme."


Crédit : Troisième Oeil Productions

#3 Waly Dia : "Le 8 mars ne devrait même pas exister"

Glamour : En tant qu’homme, le sexisme est-il un sujet qui vous parle au quotidien ?
Waly Dia :
Les hommes ne sont peut-être pas les premiers concernés, mais on a tous une mère, une sœur ou juste une femme dans notre entourage qui peut nous en parler. On rejoint la lutte contre le sexisme en écoutant celles qui en sont victimes. Je suis encore plus impliqué dans ce combat depuis la naissance de ma fille. On ne peut pas y être insensible.

G : Que pourraient faire les hommes pour aider à lutter contre le sexisme ?
W.D :
Si on a l’impression que quelqu’un va trop loin, il est de notre devoir de rappeler cette personne à l’ordre. En tant qu’humoriste, on devrait véhiculer un message de progrès.

G : Quelle est la femme qui vous a le plus inspiré, au cours de votre vie ?
W.D :
La première, c’est ma mère. Puis il y a l’écrivaine Maya Angelou, qui mériterait d’être plus diffusée en France.

G : Pourquoi le 8 mars est-il un jour aussi important pour les femmes que pour les hommes ?
W.D :
C’est une journée qui ne devrait même pas exister. Elle représente le manque d’égalité entre les femmes et les hommes. Elle sera importante quand elle n’existera plus.  


Crédit : DR



Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus