Une émission TV ne réunit que des femmes sur le plateau et choque les téléspectateurs Une émission TV ne réunit que des femmes sur le plateau et choque les téléspectateurs

L'époque en live

Une émission politique qui ne réunit que des femmes sur le plateau choque les téléspectateurs par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 11 Septembre 2018

La semaine dernière, en Grande-Bretagne, une toute nouvelle émission politique de la chaîne BBC accueillait cinq spécialistes pour débattre. Problème : il n'y avait que des femmes sur le plateau... Des téléspectateurs se sont donc emparés de Twitter pour déverser leur haine.

La semaine dernière, la BBC inaugurait sa toute nouvelle émission politique, "Politics Live". Présentée par la journaliste Jo Coburn pendant la pause déjeuner, des spécialistes y débattent autour de sujets d’actualité. Lundi 3 septembre, le hasard du calendrier a fait que le plateau était entièrement composé de spécialistes… femmes : Amber Rudd, membre du Parti conservateur, Emily Thornberry, membre du Parti travailliste, Laura Kuenssberg, spécialiste politique à la BBC, Camilla Tominey, journaliste au Telegraph et Anushka Asthana, journaliste au Guardian. Une composition qui a choqué des téléspectateurs, ces derniers regrettant de ne pas voir d’homme en plateau. Malgré la qualité de l’émission et la pertinence des spécialistes, certains ont comparé l'émission à un show féminin consacré à la mode et au maquillage, du nom de "Loose Women". Aucun parmi eux n'a relevé que la majorité des émissions de télé sont composées à 100% de mâles, la non-mixité n'étant un problème que quand ceux-ci sont exclus... On comparerait volontiers ces misogynes aux utilisateurs du hashtag #BalanceTaPouffe, qui estiment qu'on n'entend pas assez la parole des hommes dans la sphère publique (hillarant). Et on note la rapidité avec laquelle les détracteurs de l'émission ont dégainé le stéréotype des femmes dingues de chiffons, tandis que les hommes sont les seuls experts sur les sujets sérieux.

Traduction : "Bien sûr qu'un plateau composé de six femmes est sexiste envers les hommes. Bien évidemment, les femmes sont sous-représentées dans les médias, mais pourquoi les hommes et leurs points de vue devraient être exclus de la conversation ?"

Traduction : "Pourquoi n'y a-t-il pas d'hommes dans cette émission ? On s'en fout maintenant ?"

Traduction : "Pas d'homme dans cette émission ? Qu'est-il arrivé à l'égalité des sexes ?"

Interviewé par Franceinfo, le responsable de "Politics Live", Rob Hurley, a réagi aux propos des détracteurs misogynes : "C’est arrivé naturellement, explique-t-il. Ça s’est produit parce qu’on a cherché les personnes les plus pertinentes et qui étaient disponibles pour venir dans l’émission." Et d’ajouter qu’on a encore un long chemin à parcourir : "Nous avons beaucoup de travail en tant que société, si on ne veut plus avoir cette attitude sexiste de dire aux femmes ce qu’elles ont le droit de faire ou ne pas faire."
En France, d’après le dernier rapport du CSA, la présence d’expertes toutes chaînes confondues s’élève à 33%. Dans l’Express, Sylvie Pierre-Brossolette, en charge du précédent rapport, jugeait cette sous-représentation responsable de tous ces préjugés : "Il faut absolument rééquilibrer cette image-là, sinon les filles continueront à penser que, même avec leurs diplômes, elles ne peuvent pas avoir le même travail que les hommes." Et les hommes continueront à penser qu’il n’est pas normal d’avoir des expertes dans tous les domaines...

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus