Twitter : les femmes noires y sont insultées toutes les trente secondes Twitter : les femmes noires y sont insultées toutes les trente secondes

L'époque en live

Sur Twitter, les femmes noires sont insultées toutes les trente secondes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 3 Juillet 2019

L'ONG Amnesty International a effectué une étude sur la haine véhiculée sur les réseaux sociaux et plus particulièrement Twitter. Et il semblerait que les femmes noires en soient les victimes les plus exposées.

Les femmes noires sont les personnes les plus insultées sur Twitter. Selon une étude menée par Amnesty International, avec l’aide de l’entreprise québécoise Element AI, qui fabrique des éléments basés sur l’intelligence artificielle, elles sont insultées toutes les trente secondes sur le réseau social.

Le projet a réuni plus de 6000 volontaires, qui ont vérifié le contenu de plus de 228 000 tweets envoyés à exactement 778 femmes noires. Le constat est sans appel : 1,1 million de messages "problématiques ou abusifs" leur ont été destinés sur l’année 2017. Soit environ deux par minutes. A comprendre, des messages à caractère racistes, misogynes, ou encore homophobes.

Selon l’ONG, les femmes racisées ont 34% "de risques en plus", d’être mentionnées dans des messages dits "abusifs" que les femmes blanches. Lorsque le chiffre est associé aux femmes noires spécifiquement, il grimpe à 84%. Car il est vrai que ces dernières, à l’intersection entre plusieurs discriminations, subissent une forme de misogynie singulière. C’est ce que l’on appelle la misogynoir, dans laquelle race, genre et parfois classe, jouent un rôle concomitant.

"Nous disposons des données pour corroborer ce que les femmes nous disent depuis longtemps : que Twitter est en endroit où le racisme, la misogynie, et l’homophobie prospèrent essentiellement sans contrôle", ont expliqué les auteurs de cette étude, dénonçant un certain manque de modération de la part du réseau social.

Christelle Murhula

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires