Souffrez-vous de nomophobie ? Souffrez-vous de nomophobie ?

L'époque en live

Souffrez-vous de nomophobie ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 2 Janvier 2019

Le comité du Cambridge Dictionary a choisi le mot qui a marqué l’année 2018. Ce sera “nomophobie”. Si vous ne connaissez pas le mot, vous souffrez certainement de cette peur.

Il y a eu “paranoïaque” en 2016, suivi de “populisme” en 2017. En 2018, le comité du Cambridge Dictionary a élu le mot nomophobie comme définissant au mieux l’année. Ce mal, car il s’agit bien d’une pathologie des temps modernes, nous le connaissons tous malgré nous. Contraction de “No mobile phone” et de “phobie”, la nomophobie désigne “la peur ou l'inquiétude ressentie à l'idée de se trouver sans téléphone mobile ou d'être dans l'impossibilité de s'en servir”. Bien qu’il ne soit pas dans nos dictionnaires, il est bien ancré dans notre quotidien… “Votre choix montre que, tout autour du monde, les gens ont tellement l'habitude de ce type d'anxiété qu'il était réellement nécessaire de lui donner un nom”, a commenté le comité suite au choix fait par son panel – constitué de membres du lectorat de son blog ainsi que d’internautes.

via GIPHY

Une liste qui en dit long sur nos maux
Si ce mot en dit long sur nos angoisses d’aujourd’hui, il en va de même pour les trois non retenus de la short list, comme le rapporte le journal The Independant. On trouvait donc “ecocide” que l’on peut traduire par la consciente destruction d’un écosystème. Mais aussi “gender gap”, c’est-à-dire les différences de traitements dans nos sociétés entre les hommes et les femmes comme par exemple les salaires. Et enfin, “no-platforming”, que l’on définirait par “l’interdiction de rendre ses idées publiques si celles-ci sont jugées inacceptables ou dangereuses”, toujours selon The Independant. Quelque chose nous dit que ces trois “maux” auront leur chance en 2019…

via GIPHY

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires