Sida/VIH : les habitants d’Île-de-France pourront bientôt se faire dépister gratuitement Sida/VIH : les habitants d’Île-de-France pourront bientôt se faire dépister gratuitement

L'époque en live

Sida/VIH : les Parisiens pourront bientôt se faire dépister gratuitement en laboratoire par Romane Hassoun

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 29 Novembre 2018

Ce samedi 1er décembre aura lieu la Journée mondiale de lutte contre le sida. L’occasion de faire un point sur l’épidémie en France et sur un nouveau dispositif essentiel : le dépistage en laboratoire.

A trois jours de la journée mondiale sur le Sida, et contrairement aux années précédentes, les données épidémiologiques sur la propagation du virus en 2017 n’ont pas été présentées par Santé Publique France. Pour Mathieu Brancourt, journaliste pour la revue Remaides de l'association de lutte contre le Sida Aides, "Des indicateurs, comme le sexe et l’âge, n’ont pas été suffisamment renseignées par les cliniciens et donc, les données ne sont pas assez consolidées pour être diffusées." Ce que l’on sait malgré tout ? Que le VIH reste toujours présent et concerne potentiellement tout le monde, même des catégories d’âge que l’on ne soupçonnait pas auparavant. En 2016, 1 184 Française.e.s âgé.e.s de plus de 50 ans ont ainsi découvert leur séropositivité … Pour Mathieu Brancourt, "Avec la libération des mœurs et les changements de comportements sexuels, on voit une hausse des cas chez les séniors, et c’est donc une population qu’il faut suivre." D’autres données ne changent pas : les personnes migrantes, les travailleuses du sexe ou les hommes homosexuels restent les populations les plus touchées par l’épidémie. De façon plus générale, le recours au dépistage reste encore insuffisant. L’enjeu aujourd’hui ? Pour Mathieu Brancourt, "Il faut adapter les outils de communication pour mettre fin à l’épidémie du VIH", notamment en mettant en place des campagnes ciblant mieux les populations les plus à risque, mais aussi, en augmentant les budgets consacrés à la question dans notre pays. 


Point Positif ? L'association Vers Paris sans Sida va lancer, courant 2019, une mesure permettant le dépistage gratuit en laboratoire d’analyse. "Le but est d’augmenter le nombre de tests réalisés : d’ici 2 ans, cette initiative veut augmenter le nombre de sérologies (les dépistages, ndlr) réalisées de près de 200 000 personnes", précise Mathieu Brancourt. Qui juge que d’autres outils de préventions tels que le port du préservatif et la prise de PrEP (traitement préventif contre le VIH), ne sont pas encore assez utilisés par les Français pour faire reculer le nombre de nouvelles contaminations. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus