Sida : une nouvelle piste pour éradiquer les cellules attaquées par le virus du VIH Sida : une nouvelle piste pour éradiquer les cellules attaquées par le virus du VIH

L'époque en live

Sida : une nouvelle piste pour éradiquer les cellules attaquées par le virus du VIH par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 22 Décembre 2018

Des chercheurs de l’Institut Pasteur pensent avoir trouvé un moyen d’empêcher le développement du sida dans certaines cellules. Et même si le chemin paraît encore long, le monde de la santé salue une découverte prometteuse.

Dans une étude publiée ce jeudi 20 décembre 2018 dans la revue scientifique Cell Metabolism, une équipe de chercheurs français de l’Institut Pasteur révèle avoir trouvé un moyen de bloquer l’infection du virus du sida dans les cellules "réservoirs", celles qui restent infectées malgré les médications actuelles. Pour le moment, les soins se prennent à vie car les traitements antirétroviraux n’éliminent pas les réservoirs du virus, logés dans les cellules immunitaires. "Les antirétroviraux vont bloquer le virus, ils vont agir contre le virus et sa multiplication, mais ils ne peuvent pas éliminer les cellules infectées. Là, (…) il s'agit de caractériser les cellules infectées pour pouvoir les cibler et les éliminer de l'organisme infecté par le VIH" a expliqué Asier Saez-Cirion, l’un des chercheurs à l’origine de cette découverte. 

Les lymphocytes T CD4 sont les cellules immunitaires les plus durement touchées par le VIH. Mais le virus n’infecte pas tous les types de cellules CD4 et, jusqu’à présent, personne ne savait pourquoi. Grâce à l’équipe de chercheurs français, c’est désormais chose faite. Au cours de leurs recherches, les scientifiques se sont rendus compte qu'il infecte en priorité les cellules à forte activité métabolique, c’est-à-dire, celles qui produisent le plus d’énergie. Il détourne ensuite cette énergie pour se multiplier, ce qui constitue une faiblesse qui pourrait, à terme, être exploitée pour s’attaquer aux cellules "réservoirs". Une avancée considérable que les chercheurs de Pasteur ont pu constater lors d’une expérience calquée sur une technique déjà utilisée en cancérologie.

Prochaine étape selon Asier Saez-Cirion : "identifier les molécules qui nous donnent un effet optimal (…), procéder à des essais pré-cliniques dans des modèles en utilisant l'expérience en cours sur les essais cliniques dans le traitement de certains cancers, et choisir des molécules qui soient tolérables par le patient, et efficaces". Un pas de plus vers une possible rémission pour les malades du sida, mais le chemin risque d’être long jusqu’à ce que le traitement soit véritablement mis sur le marché. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires