Selon une étude 25% des millennials n’aurait pas le moindre ami Selon une étude 25% des millennials n’aurait pas le moindre ami

L'époque en live

Selon une étude 25% des millennials n’auraient pas le moindre ami par Pierre-Guillaume Ligdamis

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 9 Août 2019

Niveau amitié les millennials seraient bien mal lotis. Une étude réalisée par YouGov révèle même qu’il s’agirait de la génération la plus solitaire.

Ils ont peut-être des listes d’amis à rallonge sur Facebook, sont suivis par des centaines de personnes sur Instagram ou Twitter mais pourtant dans la vraie vie les millennials sont nombreux à se sentir très seuls. Une triste réalité pointée du doigt par une étude de YouGov qui évoque aussi les difficultés de ces personnes nées entre 1980 et 2000 à tisser des liens d'amitité. 
Pour mener à bien cette enquête 1254 adultes américains de plus de 18 ans ont été interrogés sur leur rapport à la solitude et à l’amitié. On apprend ainsi que les millennials sont les plus solitaires si l’on compare leurs réponses à celles des générations antérieures. Seulement 20% des personnes de la génération X (nés entre 1966 et 1976) et 15% des babyboomers (nés entre 1946 et 1964) ont déclaré se sentir souvent seuls contre 30% des millennials. Ces derniers auraient aussi beaucoup plus de difficultés à se faire des amis. 30% d’entre eux n’auraient ainsi pas de meilleurs amis, 27% pas d’amis proches et plus étonnant encore  25% ont reconnu n’avoir aucun ami du tout.

L’étude ne s’est pas penchée sur les causes exactes de cette solitude mais il y a fort à parier que les réseaux sociaux et internet en soient fortement responsables. Les millennials seraient ainsi trop focalisés sur leur vie virtuelle au dépend de la réalité. Le site de YouGov rappelle d’ailleurs les résultats d’un rapport de l’université de Pennsylvanie qui  décrivait l’impact négatif des réseaux sociaux sur le bien-être mental. La psychologue Melissa G.Hunt expliquait notamment que : “réduire son utilisation des réseaux sociaux entraînait une baisse significative des sentiments de dépression et de solitude".

Par ailleurs, l’étude indique que parmi les raisons qui empêchent les américains de se faire des amis, la timidité arrive en tête à 53% alors que 27% estiment tout simplement qu’ils n’ont pas besoin d’amis. Et si vous vous demandiez quels étaient les lieux où se faire plus facilement des potes on retrouve l’école, le travail, le voisinage et les lieux de cultes parmi les plus cités. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires