Rentrée 2019 : le coût de la vie étudiante augmentera cette année encore Rentrée 2019 : le coût de la vie étudiante augmentera cette année encore

L'époque en live

Rentrée 2019 : le coût de la vie étudiante augmentera cette année encore par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Dimanche 18 Août 2019

Scolarité, logement, transports, charges… À en croire les dernières estimations de l’Unef, les frais des étudiant.e.s vont exploser à la rentrée 2019. La faute à une augmentation considérable des prix des loyers, même dans le secteur public. Explications.

Il ne fait pas bon être étudiant.e en France ces dernières années. Après l’annonce en novembre 2018 de la hausse des frais de scolarité pour les élèves non-Européen.ne.s, voilà que le coût de la vie étudiante grimpe lui aussi en flèche. Selon l’enquête annuelle sur les frais de rentrée de l’Unef, l’Union nationale des étudiants de France, publiée le 16 août 2019, son coût s’apprête à bondir l'année prochaine de 2,83% versus 2018. Les élèves devront ainsi débourser entre 327€ et 719€ pour vivre, en fonction de la ville où ils/elles étudient et des aides qu’ils/elles perçoivent. 

Premier poste de dépenses, et pas des moindres : le loyer, qui représente 69% de leur budget mensuel, et qui flambera encore cette année. En moyenne, il devrait augmenter de 2,97% dans les prochains mois. En tête des villes les plus chères, Paris, suivie de près par Bordeaux. C’est en revanche du côté du Mans qu’il faut poser ses valises pour obtenir un logement à bas prix puisque le loyer n’y dépasse que rarement les 340€. Mais il n’y a pas que les montants du secteur privé qui flambent, le Crous augmentant aussi ses tarifs à la rentrée 2019 (+1,6% en moyenne). 

L’Unef interpelle aussi les pouvoirs publics sur les prix des transports dans les grandes métropoles. Là encore, ils ont bondi, surtout à Bordeaux, Nancy, Lille, Saint-Étienne, Orléans et à Strasbourg où on observe une augmentation de 24,51% de leur coût pour les étudiant.e.s. Même constat quand il s’agit de passer en caisse. Le panier moyen d’un.e élève français.e est lui aussi en constante augmentation, empêchant certain.e de manger sainement au quotidien et contraignant un.e élève sur deux à travailler pour subvenir à ses besoins. 

Pour la première fois depuis la création de cette enquête annuelle, le syndicat étudiant s’est intéressé à la différence du coût de la vie pour une femme. "En raison de dépenses obligatoires plus importantes, les femmes dépensent chaque mois en moyenne 44,11 euros de plus que les hommes, ce qui revient à un surcoût de la vie pour les femmes de 529,32 euros par an", a calculé le syndicat. L’Unef appelle donc à la mise en place d’"un plan d’urgence de refonte des aides sociales" et surtout, à la "revalorisation de 20 % des bourses".

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires