Qu’est-ce que la "taxe gafa" et pourquoi fait-elle polémique ? Qu’est-ce que la "taxe gafa" et pourquoi fait-elle polémique ?

L'époque en live

Qu’est-ce que la "taxe gafa" et pourquoi fait-elle polémique ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 10 Avril 2019

Lundi 8 avril 2019, L’Assemblée nationale a voté en première lecture l’instauration d’une taxe sur les géants mondiaux du numérique. Cette initiative, portée par Bruno Le Maire, pourrait rapporter 400 millions d’euros à la France. Pourtant, elle fait polémique…

Pour Google, Apple, Facebook et Amazon, il est temps de passer à la caisse selon le gouvernement français. Lundi 8 avril 2019, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, a lancé à l’Assemblée nationale le débat sur le projet de loi concernant la taxe Gafa. Cette taxe serait imposée à hauteur de 3% aux géants du numérique avec un chiffre d’affaire d’au moins 750 millions d’euros dans le monde et de plus de 25 millions d’euros en France.. Selon le ministère de l’Economie, cette taxe devrait rapporter 400 millions d’euros en 2019 puis 650 millions en 2020-2022. Si elle entre en vigueur en France, cette taxe sera inédite dans l’union européenne en raison des réticences des autres états membres à vouloir l’instaurer. Elle devrait s'appliquer à une trentaine de groupes, comme Meetic, Amazon, Airbnb, Instagram ou encore la française Criteo qui tous génèrent de la valeur grâce aux internautes français.

Aux Etats-Unis, cette initiative ne fait pas non plus l’unanimité. Le 4 avril 2019, Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, demandait à la France d’abandonner ce projet jugé "discriminatoire", car ce ne sont que des groupes majoritairement américains qui sont concernés. Le 8 avril 2019, l'ONG Attac estimait à 9,4 milliards d'euros le chiffre d'affaires des Gafa  grâce à ses ventes en France (la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires…). Des revenus qui ne sont pas déclarés sur le territoire français. Selon Attac, ces entreprises dissimulent en moyenne 74% de leur chiffre d'affaires.  "La France aurait dû profiter de plus de 600 millions d'euros d'impôt sur les sociétés en 2017, si la totalité de leur activité sur le territoire avait été déclarée", a déclaré Attac.


 

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires