Quand l’armée américaine joue sur les stéréotypes des millennials pour les recruter Quand l’armée américaine joue sur les stéréotypes des millennials pour les recruter

L'époque en live

Quand l’armée américaine joue sur les stéréotypes pour recruter les millennials par Marine Decremps

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 7 Janvier 2019

Afin de s’adapter pour tenir ses objectifs de recrutement, l’armée américaine joue sur la corde sensible : détourner les stéréotypes sur les Millennials pour mieux les séduire.

Se servir de la compassion de la génération “snowflakes”, utiliser l’esprit de concentration des "zombies du téléphone"… Les Millennials, voilà la nouvelle cible de l’armée américaine. Dans sa campagne 2019, l’institution jette son dévolue sur la génération “me me me millennials”, traduisez “génération moi-je”.

En clair, chaque fois que les traits de caractères ou les habitudes de cette génération née entre 1980 et l'an 2000 sont péjoratifs, la campagne les tourne en avantage. Ainsi l’accros au smartphone devient concentré, le narcissique a de l’assurance, le “gamer” est capable d’endurance. "L'armée voit les gens différemment et nous sommes fiers de dépasser les stéréotypes et de détecter le potentiel des jeunes, de la compassion à la confiance en soi", a déclaré le major-général Paul Nanson au journal The Guardian. Certes et le secrétaire à la Défense, Gavin Williamson, de décrire la campagne comme "un puissant appel à l'action qui plaira à ceux qui cherchent à faire la différence en s’engageant dans une institution innovante et inclusive".
Déclinée en affiches et en spots publicitaires, la campagne n'est pas sans rappeler les affiches de recrutement utilisées par les Britanniques et les Américains lors de la Première Guerre mondiale, avec Lord Kitchener et l'Oncle Sam, cette nouvelle campagne espère ici encore toucher les jeunes que la société, souvent, dévalorise. Déjà en juin 2018, The Guardian avait épinglé les pratiques de recrutement de l’armée britannique qui tirait profit de la faiblesse des plus vulnérables. Le but de cette campagne 2019 ? Tenir les objectifs de 82 500 soldats ont le nombre aujourd’hui s’élève à 77 000.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre Politique de Confidentialité et notre Gestion des Cookies.