Bye bye, Tex !

L'époque en live

Pourquoi on est ravies que Tex dégage de France 2

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 15 Décembre 2017

Depuis l'annonce du licenciement de Tex jeudi 14 novembre, une partie du Web et plusieurs personnalités ont apporté leur soutien à l'animateur. Pourtant, sa disparition de nos écrans est la meilleure nouvelle de cette fin d'année.

"Il a juste fait une blague", "c’était de l’humour noir", "on ne peut plus rien dire"… Voilà les commentaires qu’on peut lire sur les réseaux sociaux depuis l’annonce du licenciement de Tex, auxquels s'ajoutent les soutiens de Jean-Yves Lafesse, Julien Courbet ou encore Anne Roumanoff. Pour rappel, le 30 novembre dernier, l'animateur des Z'amours était l'invité de l’émission C'est que de la télé sur C8. Où il avait balancé la « vanne » suivante : "Les gars, vous savez ce qu'on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? Elle est terrible celle-là : On lui dit rien, on vient déjà de lui expliquer deux fois".


Si on se réjouit que Tex soit viré, c’est que cette "vanne" n’en est pas une. C’est une invitation à tabasser les femmes. C’est une façon de dire aux "gars" que coller des baignes aux filles est hilarant, et donc, pas bien grave. Ce n’est pas non plus une maladresse, quelques mots qui fusent en plein direct : ils ont été prononcés face caméra, sur une chaîne régulièrement épinglée pour le traitement qu’elle réserve aux minorités. Ils ont été diffusés cinq jours après la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Quelques semaines après le tollé provoqué par la Une des Inrocks sur Bertrand Cantat, qui en 2003 a tué sa compagne Marie Trintignant à coup de poings. Et en plein milieu d’une vague mondiale de protestations contre les abus subis par les femmes au quotidien.  

Il y aurait eu tant d’autres manières d’aborder ce sujet grave – des humoristes américaines, comme Wanda Sykes, ont écrit des sketchs géniaux sur le viol, dont le ressort comique n’est pas de se foutre de la gueule des personnes agressées. Mais pour faire de l’humour de cette façon-là, il faut pouvoir se mettre à la place des victimes, une démarche dont Tex semble incapable. Depuis 17 ans, il animait une émission véhiculant les pires clichés sur les rapports femmes-hommes, assumant sa misogynie et flirtant même parfois avec l’homophobie. Tex aimait se placer du côté des "gars", applaudissant quand un pauvre macho expliquait sereinement que c’est aux gonzesses de se taper le ménage. Tex avait choisi l’autre camp.

Fin 2015, la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte déclarait : "On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change". Une poignée de personnalités l’avaient alors taxée d’âgisme et de racisme – l’animateur de 82 ans Philippe Gildas, l’éditorialiste réac’ Ivan Rioufol ou encore Jean-Pierre Foucault, qui préside la cérémonie Miss France. Deux ans plus tard, le service public s’est enfin débarrassé d’un des représentants de la télé faite par et pour des diplodocus. On espère que c’est le premier d’une longue liste.


Coline Clavaud-Mégevand

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus