Pourquoi certaines personnes n'aiment pas Noël ? Pourquoi certaines personnes n'aiment pas Noël ?

L'époque en live

Témoignages : pourquoi certaines personnes n'aiment pas Noël ? par Solenn Cordroc'h

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 2 Décembre 2019

Noël, une célébration immanquable pour les uns et une période redoutée pour d'autres. Face aux dépenses astronomiques, à l'injonction au bonheur, à l'hypocrisie contrainte, à la charge mentale et aux repas gargantuesques, le dégoût pour Noël guette. Les natalophobes, qui éprouvent un rejet envers Noël, nous explique pourquoi ils redoutent le 25 décembre.

On mange trop, on consomme trop, on se force trop. Noël approche à grand pas et avec elle, son lot d'obligations. On se doit de faire semblant d'apprécier les blagues sexistes de tonton, d'écouter jusqu'au bout les avis politiques de la grand-mère et de se coltiner les sempiternelles questions du cousin qui s'intéresse subitement à votre vie amoureuse. Pourquoi s'obstiner à réunir la famille quand on sait pertinemment que ça va mal finir ? Soit c'est le règlement de comptes, soit on met les rancoeurs de côté pour un simulacre de plusieurs heures. La famille n'est pas un long fleuve tranquille, et la réunion forcée du 24 et du 25 décembre peut devenir un véritable fardeau redouté par bon nombre de natalaphobes, qui expliquent ci-dessous leur aversion pour cette célébration. 

Olivia, 42 ans
"J'aimais Noël quand j'étais enfant bien sûr, puis (et c'est pour ça que je n'aime plus du tout) c'est devenu une contrainte (sans enfants, Noël n'a plus tellement de sens je trouve). Ce ne sont plus que des obligations, enrobées de bons sentiments. La première obligation qui me vient à l'esprit est celle des cadeaux. Pour moi, c'est un pur cauchemar. Je n'ai jamais d'idées, d'autant plus que je pense que les cadeaux devraient être improvisés et non pas contraints. En plus, je redoute beaucoup de recevoir des cadeaux, ça me gêne et c'est rarement réussi car je sais mieux que personne ce dont j'ai besoin. A chaque fois, ce sont des objets à entasser, qui ne serviront à rien. Bref, je dois avouer que Noël, période d'hypocrisie et d'obligations, contrarie toutes mes aspirations de solitaire misanthrope."

Damien, 39 ans
"Noël, c'est fortement lié à l'enfance, à la magie, à Mary Poppins, à la crèche, aux 13 desserts et aux cadeaux bien sûr. Quand j'étais petit, j'aimais beaucoup ce rassemblement familial et la tradition de l'assiette du pauvre (on mettait parfois une assiette vide à table pour offrir le couvert à une personne démunie qui viendrait toquer à la porte). Petit à petit, j'ai commencé à envisager Noël comme une obligation et une célébration commerciale. Côté famille, entre les différentes embrouilles et ceux qui manquent, la magie de Noël ne fait plus du tout effet. J'ai très peu de temps libre donc cette fête gâche mes vacances alors que je préfèrerais faire 1000 autres choses et ne pas être confronté à la surenchère, au matraquage publicitaire et aux opinions familles que j'essaye déjà de fuir toute l'année."

Mireille, 55 ans
"Noël est une fête traditionnelle qui renvoie à la famille et au bonheur d'être ensemble, selon un schéma normé et très imposant. Si tu es seul, c'est que tu n'es pas dans la norme donc que tu es dans un échec. Selon moi, Noël est la fête du trop : trop de famille, trop de cadeaux, trop d'argent, trop de clinquant, trop de figures imposées et trop de solitude sous les sapins. Personnellement, j'ai arrêté de me forcer à acheter des cadeaux à toute la famille et mes enfants viennent me voir quand ils veulent et quand ils peuvent."

Brice, 25 ans
"Je n'aime plus Noël. Une famille déchirée, des proches disparus et la magie s'envole. Le jour J, la tristesse pointe le bout de son nez car les réveillons sont expédiés et réduits au plus strict comité, contrairement à jadis. Encore faut-il avoir les moyens de redescendre voir la famille. D'un côté tu t'en fiches, tu n'aimes pas Noël. Mais d'un autre côté, qui aime être seul pendant cette période ? Tu regardes d'un oeil triste tous tes voisins s'enthousiasmer dans ses préparatifs. C'est ce qui me fait détester Noël, la solitude, seul dans ta bulle."

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires