Plan vélo : tout ce qu’il faut retenir du projet du gouvernement Plan vélo : tout ce qu’il faut retenir du projet du gouvernement

L'époque en live

Plan vélo : tout ce qu’il faut retenir du projet du gouvernement par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Dimanche 16 Septembre 2018

Vendredi 14 septembre, le Premier ministre, Edouard Philippe, a dévoilé l’intégralité de son "plan vélo". But du projet : convertir les Français à la bicyclette et multiplier par trois le nombre de trajets à vélo d’ici 2024. Passage en revue des mesures phares.

En déplacement à Angers, Edouard Philippe a présenté vendredi 14 septembre son "plan vélo". Un programme qui entend renforcer la sécurité des cyclistes mais surtout, créer une prime pouvant aller jusqu’à 400 euros pour les salariés qui utilisent le vélo pour aller travailler. 25 nouvelles mesures ont donc été mises en place pour tenter de redorer le blason de la France, qui figure aujourd’hui à la très mauvaise 25ème place au sein de l’Union Européenne. Le Premier ministre souhaite tripler la part du vélo dans les déplacements quotidiens des Français d’ici 2024. Souhaitons lui bonne chance ! 


Première innovation : la création d’un "forfait mobilité durable", facultatif pour les employés du privé, mais obligatoire dans le secteur public, l’Etat entendant bien sûr montrer l’exemple. Ainsi, quand les fonctionnaires qui effectuent leurs trajets domicile-travail à vélo recevront automatiquement une prime de 200€, les travailleurs du privé pourront percevoir une subvention de 400€, au bon vouloir de leur patron. Ce forfait remplacera le système d’indemnité kilométrique (IKV), qui prévoit que les frais des salariés qui se rendent sur leur lieu de travail à bicyclette, puissent être pris en charge par leur employeur. Mais qui n’est que trop complexe et très peu, voire jamais, mis en application. Par ailleurs, le vélo sera aussi intégré au barème kilométrique fiscal qui était pour le moment réservé aux véhicules motorisés. 


Deuxième axe prioritaire pour le gouvernement : la sécurité. Lors de son déplacement, le Premier ministre a précisé que "le mois d'août 2018 avait été le plus meurtrier des 5 dernières années pour les cyclistes". Pour améliorer la situation et réduire le nombre d’accidents sur les routes, il a annoncé la création d’un "fond national mobilité active" de 350 millions d’euros déployés sur sept ans. Une somme allouée à la construction et à la rénovation des pistes cyclables, qui, bien qu’elles en espéraient davantage, rassure les associations d’usagers. Enfin, l’apprentissage du vélo deviendra obligatoire dans toutes les académies afin que chaque élève entrant en classe de sixième puisse savoir rouler à bicyclette et respecter le code de la route. But de l’opération : "développer une culture vélo" dans l’Hexagone. Et nous apprendre à délaisser nos voitures. Il y a du pain sur la planche. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus