#Pasvosbeurettes : le hashtag qui dénonce l’hyper sexualisation des femmes nord-africaines #Pasvosbeurettes : le hashtag qui dénonce l’hyper sexualisation des femmes nord-africaines

L'époque en live

#Pasvosbeurettes : le hashtag qui dénonce l’hyper sexualisation des femmes nord-africaines

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Jeudi 18 Juillet 2019

Le site pornographique xHamster a dévoilé un top 10 des recherches en France qui révèle que les fantasmes des Français sont très orientés autour de la femme maghrébine. En créant le hashtag #Pasvosbeurettes sur Twitter des internautes souhaitent pointer du doigt cette hyper sexualisation des femmes nord-africaines.

Le 14 juillet 2019 à l’occasion de la fête nationale, le site pornographique xHamster publiait sur Twitter un top 10 des termes les plus recherchés en France. Et c’est le tag "beurette" qui arrivait en tête de ce classement où l’on retrouve aussi les mots "arabe" ou "marocaine". "Vive la Beurette !" s’exclamait même xHamster en légende de son poste. Classe. De quoi rapidement susciter l’indignation et le dégoût de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux qui déplorent une hyper sexualisation des femmes maghrébines et dénoncent ces fantasmes profondément racistes. 
Leur colère a donné naissance au hashtag #Pasvosbeurettes sur lequel des centaines de personnes expriment leur écœurement et leur lassitude. "Je refuse d’être votre fantasme sexuel, sexiste et raciste" s’insurge l'internaute @lemonvie_. Le collectif Nta Rajel à l'origine du hashtag précise dans un communiqué : "les corps des femmes nord-africaines n’appartiennent qu’à elles-mêmes et ne sont pas un terrain supplémentaire à conquérir."

Car si ce classement est aussi gênant c’est parce qu’il met en avant des fantasmes orientalistes vieux de plusieurs siècles qui se révèlent être encore aux goûts du jour. Ceux-ci sont le fruit d’un héritage colonialiste qui a notamment participé à la fétichisation et à l'exotisation des corps des femmes arabes. Ces images qui ont traversé le temps ont encore du mal à être abolies aujourd'hui dans l’imaginaire sexuel de nombreuses personnes qui ne sont pas aidées par l’industrie du porno.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

"Je refuse d’être votre fantasme sexuel, sexiste et raciste"

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Sur les sites de vidéos X, la catégorie "beurette" représente souvent des femmes soumises et laisse suggérer qu’elles sont libérées et émancipées par le sexe. Dans l'épisode "La geisha, la panthère et la gazelle" de son podcast Kiffe ta race Rokhaya Diallo expliquait justement que : "dans la fetichisation du corps de la femme arabe, l’idée de la soumission est très forte."

"Beurette" : un terme problématique
Même si cette recherche sur xHamster est peut-être effectuée par des hommes d’origine arabe, le terme "beurette" n’en reste pas moins problématique. Beaucoup de femmes maghrébines le rejette et le juge insultant et dégradant. La "beurette" fait à priori fantasmer mais elle reste très méprisée. Le féminin de "beur" est effectivement très connoté péjorativement associé à l’image d’une bimbo vulgaire écervelée qui traîne dans les chichas et souvent réduite au rang d’objet sexuel. Le mot régulièrement employé dans des musiques de rap, dans des films ou dans des programmes de télé-réalité désigne rarement quelque chose de positif. 

À noter que ce classement fait aussi apparaître le mot clé "viol" dans les termes les plus recherchés en France. Tout aussi glauque il fait état des fantasmes plus que douteux de certains Français. 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires