New York : la ville condamne les discriminations capillaires New York : la ville condamne les discriminations capillaires

L'époque en live

New York : la ville condamne désormais les discriminations capillaires

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 22 Février 2019

La commission raciale des droits humains de New York a mis en place de nouvelles directives interdisant toute forme de discriminations raciales liées aux cheveux et à la coiffure sur les lieux publics et lieu de travail.

Aucun individu " ne peut obliger une personne noire à modifier ses cheveux naturels pour pouvoir être admise dans un lieu". Ce lundi 19 février 2019, la commission des droits humains de New York a annoncé un nouveau texte qui punirait une forme de racisme insidieuse visant les styles de coiffures des personnes noires : dreadlocks, tresses, tresses collées, vanilles, nœuds bantous, coupe afro aux Etats-Unis. 
Une fois entrée en vigueur, cette législation s’appliquera sur les lieux de travail et les lieux publics tels que les bibliothèques, les écoles et les établissements de nuit. "Vos cheveux c’est vous" annonçait Carmelyn P. Malalis, la présidente de la commission des droits de l’homme de la ville de New York dans un tweet posté avec une célèbre photo d’un enfant touchant les cheveux de l’ancien président Barack Obama.

 En cas de non-respect de ces directives, il sera possible de saisir la commission qui se chargera d’adresser aux contrevenants une amende pouvant atteindre 250.000 dollars (environ 221.000 euros).

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires