Mais pourquoi sommes-nous toujours débordées ?

L'époque en live

Pourquoi sommes-nous toujours débordées?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 9 Janvier 2018

Une amie se fait virer et voilà que vous ouvrez votre agenda pour savoir quand vous pourrez l’écouter... Vous n'avez de temps pour personne, même pas pour vous-même. Alors, pourquoi sommes nous toujours débordées ? Analyse de ce phénomène.

#1 Parce que vous être trop fusionnelle en couple

Une session binge watching de Mariés au premier regard avec votre pote Mouna ? D’accord, mais après le 15 janvier. Avant, vos week-ends sont pris par les entraînements au marathon de votre moitié, le dîner des anciens de son école de commerce et le baptême de la fille de ses cousins de Picardie. Inséparables comme les siamois flippants de La Belle et le Clochard, vous êtes busy mais surtout fucking boring.  

via GIPHY

#2 Parce que prouver qu’on existe prend du temps

Vous n’avez plus une minute à vous car, en plus de vivre votre vie, vous devez prouver sur les réseaux sociaux qu’elle est trépidante (on perd facilement 30 minutes à raconter sur Facebook l’épisode du Twix coincé dans la machine de la cafet’ ce midi). Mais pourquoi ? “On se regarde de moins en moins les uns les autres et du coup, on vit un déficit narcissique, explique Pascal Neveu, psychanalyste et auteur de Mentir pour Mieux Vivre Ensemble. On entre alors dans la surenchère, où chacun montre ce qu’il a fait pour ne pas se sentir moins bien que l’autre.”

via GIPHY

#3 Parce que vous travaillez trop

Parfois, vous rêvez de retrouver vos petits jobs étudiants tant votre job est fait de présentéisme absurde, de mails “urgents” à 21h30 et de week-ends team building (pas payés, évidemment). Mais au fond, vous êtes fière de clamer que vous ne pouvez pas venir au prochain dîner de potes car “le boulot vous a tuée”. “Le travail a une fonction identitaire très forte en France, explique Pascal Neveu. On aime dire qu’on a 'énormément bossé' quand on a accompli une tâche. Ça nous donne de l’importance.” Vous avez dit problème d’égo ?

via GIPHY

#4 Parce qu’en vrai, vous avez la flemme de parler IRL

Vous filtrez les appels Skype de Sarah parce qu’elle n’a pas l’esprit de synthèse, et vous, pas assez de temps à lui consacrer, trop occupée à consulter 221 fois par jour votre smartphone. Sans parler des 18h mensuelles passées sur Facebook. “Nous sommes plus disponibles dans le monde virtuel car il demande peu d’engagement et nous donne l’illusion d’être quand même avec les autres, de partager leur vie, explique Pascal Neveu. Si bien qu’on ressent moins le besoin de vivre l’amitié dans le monde réel.” Merci le turfu.

via GIPHY

#5 Parce que vous ne voulez pas passer pour un loser

C’est un principe de vie : vous n’êtes jamais disponible pour un café ou un ciné improvisé, de peur de passer par une pauvre nase seul-tout devant sa fenêtre (avec All By Myself en fond). Avoir du temps libre, c’est comme ne pas avoir trouvé de sens à sa vie et ne servir à rien. Du coup, vous répondez du tac au tac les mêmes phrases bidon : “Je dois voir si je n’ai pas un truc”, “je te tiens au courant”, “on se redit” (alors que vous n'avez rien de prévu à part exterminer vos cuticules sur votre canap’). “Désormais, on ne choisit plus, on cumule les options pour décider de la plus intéressante au dernier moment, remarque Pascal Neveu. On se rend un peu exceptionnel et on renvoie l’autre à sa médiocrité. Pourtant, sans imprévu, on se coupe de la vie.” A méditer depuis votre canapé.

via GIPHY

Lucile Quillet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus