L'époque en live

Etude : les couples lesbiens élèvent aussi bien leurs enfants que les autres par Esteban de Azevedo

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 31 Juillet 2019

Une étude de grande envergure livre des résultats finalement peu surprenants sur les enfants élevés par des parents du même sexe.

L’étude publiée dans le New England Journal of Medicine conclut qu’il n’y a aucune différence en terme de santé et de psychologie entre les personnes élevées par deux mères et ceux dont les parents sont hétérosexuels et de genres différents. Dans le cadre d'une étude qui porte sur une période de 32 ans, les chercheurs de l’Etude longitudinale nationale sur les familles lesbiennes (NLLFS) indiquent que les enfants de parents lesbiens sont exactement comme les autres.

Les enfants de couples lesbiens réussissent mieux à l’école
La chercheuse Nanette Gartrell a suivi 154 mères américaines ayant été inséminées. L’occasion de constater que leurs enfants sont en aussi bonne santé que les autres et obtiennent même de meilleurs résultats à l’école. Pour le co-auteur de cette étude, Henny Bos, ces résultats "démontrent que les allégations selon lesquelles il est nuisible pour les enfants d'être élevés par des couples de même sexe sont totalement infondées". Et poursuit : "Rien ne justifie de restreindre la garde ou le placement des enfants, ou l'accès aux techniques de reproduction, en fonction de l'orientation sexuelle des parents.". On apprend également que près de 220 000 enfants sont élevés par des couples de même sexe aux Etats-Unis et qu’environ 6 millions d’Américains ont au moins un parent lesbien, gay ou bisexuel. Enfin, des jeunes de 17 ans ont été observés et aucun d’entre eux n’avait signalé des antécédents de violence physique ou sexuelle de la part d’un parent. Tandis que 26% des jeunes de 17 ans issus de couples hétérosexuels avaient subi des violences physiques. Quand 8% avaient signalé des cas de violence sexuelle par un parent.
Les résultats sont toutefois à nuancer car l’étude ne portait que sur des mères lesbiennes de race blanche, de classe moyenne et habitants dans de grandes villes plutôt "gay-friendly". Cependant, leurs enfants ont été comparés à d’autres enfants du même âge, sexe, race et classe économique. Plutôt fiable, donc. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires