Le réalisateur Bryan Singer accusé de violences sexuelles Le réalisateur Bryan Singer accusé de violences sexuelles

L'époque en live

Nouveau scandale sexuel à Hollywood : Bryan Singer est accusé de violences sexuelles sur mineurs par Zoé Puyremond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 28 Janvier 2019

Mercredi 23 janvier 2019, le magazine étasunien The Atlantic a dévoilé plusieurs témoignages d’hommes accusant d’agressions sexuelles le réalisateur Bryan Singer, déjà cité pour des faits similaires en 2014. Des révélations qui font l'effet d'une bombe à Hollywood, son dernier film, "Bohemian Rhapsody", étant nommé aux Oscars dans cinq catégories.

"Après le scoop sur Harvey Weinstein, tout le monde se disait que le prochain à tomber serait Bryan Singer". Cette déclaration, faite par un acteur célèbre mais qui a souhaité rester anonyme, est à lire dans l'édition de The Atlantic datée du 23 janvier 2019. Les journalistes Alex French et Maximillian Potter, qui ont mené une enquête d'un an, y dévoilent le témoignage de quatre hommes dénonçant Bryan Singer (X-Men, Bohemian Rhapsody, Superman Returnd’abus sexuels. Tous étaient mineurs au moment des faits qu’ils racontent (13 ans pour le plus jeune, 18 pour le plus âgé). Parmi eux, deux ont souhaité garder l’anonymat, l'ex-acteur Victor Valdovinos a bien voulu révéler son identité et un certain Ben a seulement communiqué son prénom. Leurs récits, glaçants, témoignent des méthodes de prédation du réalisateur star.  


Victor Valdovinos raconte par exemple que Bryan Singer l’a pris à part pendant le tournage d’Un élève doué, en 1997. Il confie au magazine : "Il a saisi mes parties génitales et a commencé à se masturber et a frotter son sexe sur moi".  Victor avait alors 13 ans et le réalisateur, 33. Ben, quant à lui, participait aux fêtes organisées par le réalisateur. Agé de 17 ans, "sa famille l’avait chassé de chez lui" et il avait trouvé refuge auprès de l’homme de 31 ans. "C’était un prédateur, dans le sens où il poussait les gens à prendre de l’alcool et de la drogue pour avoir des relations avec eux". Des témoignages qui vont dans le sens du récit de Bret Tyler Skopek, un ex petit-ami, qui décrivait en 2017 "un mode vie caractérisé par la drogue et les orgies". Ce que confirme un ami de Singer à The Atlantic, lui-même ayant été "choqué par la jeunesse des invités" et avoir eu la sensation d’assister "à une fête de lycée" lors d'un de ces événements. En 2014 déjà, Bryan Singer avait été accusé par un homme nommé Michael Egan de violences sexuelles alors qu'il avait 17 ans. La justice avait classé l’affaire sans suite.


Des allégations connues, donc. Ce qui n'a pas empêché l’article de The Atlantic de faire l’effet d’une bombe, le film Bohemain Rhapsody étant aujourd'hui nommé aux Oscars dans la catégorie "Meilleur film" et quatre autres... Même si Bryan Singer avait été écarté du projet, c’est bien lui qui signe le film. Et tous les regards se tournent vers l’Académie des Oscars, déjà entachée par plusieurs scandales : accusations de racisme, sexisme, protection de coupables d’abus dont Harvey WeinsteinBryan Singer, lui, nie ces révélations. Il accuse même l’article d’homophobie et les journalistes, de profiter de la notoriété du biopic sur Queen "pour tirer avantages de son succès". Rami Makek, l’acteur principal, affirme quant à lui ne pas avoir été "au courant des accusations contre Bryan Singer".  

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires