Le nombre de personnes souffrant de maladies chroniques intestinales est en hausse Le nombre de personnes souffrant de maladies chroniques intestinales est en hausse

L'époque en live

Le nombre de personnes souffrant de maladies chroniques intestinales est en hausse

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 24 Octobre 2019

Selon des chercheurs britanniques, le nombre de maladies chroniques intestinales telles que la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn seraient en hausse. La faute à la modernité ?

Ce sont des chiffres très alarmants qu’ont partagé des chercheurs britanniques lors de la conférence United European Gastroenterology qui s’est tenue à Barcelone, du 19 au 23 octobre dernier. En effet, selon une équipe de scientifiques des hôpitaux Sandwell et West Birmingham Trust ainsi que de l’Université de Birmingham, le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques intestinales telles que la rectocolite hémorragique (RCH) et la maladie de Crohn serait en dramatique augmentation. Aussi, entre 2000 et 2017 les cas auraient respectivement augmenté de 55% et 83%. Des maladies qui devraient gagner du terrain et augmenter de près du quart d’ici à 2025. Pour avoir une idée précise, comme le rappelle l’édition britannique du HuffPost, une étude séparée financée par la Fondation Bill & Melinda Gates avait révélé que le nombre de cas mondiaux de maladies intestinales était passé de 3,7 millions en 1990 à 6,8 millions en 2017. 

Des chiffres d’autant plus problématiques que ces maladies intestinales chroniques, toujours selon l’étude, aggraveraient le risque de cancer colorectal de 23% chez les personnes atteintes de Crohn et de 43% chez ceux qui souffrent de RCH. "L'augmentation de la prévalence de ces maladies pourrait donc potentiellement conduire à une augmentation associée des cas de cancer colorectal", a alerté le Dr King, professeur et chercheur à l’Université de Birmingham. Cela pourrait donc très rapidement devenir une des préoccupations sanitaires principales des gouvernements, d’autant plus que ce sont des maladies qui ont un impact dramatique sur la vie quotidienne des patients.

Plus assez de microbes ?
Selon le HuffPost qui rappelle une théorie développée par le Benaroya Research Institute, l’offre de produits d’hygiène et de nettoyage qui éliminent 99,9% des bactéries pourraient en partie être la cause de cette augmentation des cas. Ils auraient altéré la diversité des bactéries de nos flores intestinales, les rendant plus fragiles. Par ailleurs, selon le professeur Gilaad Kaplan, gastro-entérologue et épidémiologiste à l'Université de Calgary au Canada, cela pourrait venir plus largement de nos modes de vies : de nos régimes alimentaires à l’utilisation accrue d’antibiotiques en passant par l’amélioration de l’état d’hygiène et la pollution

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires