Le foot peut-il vraiment devenir un sport mixte à l’échelle internationale ? Le foot peut-il vraiment devenir un sport mixte à l’échelle internationale ?

L'époque en live

Le foot peut-il vraiment devenir un sport mixte à l’échelle internationale ? par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Lundi 8 Juillet 2019

Vendredi 5 juillet 2019, Ségolène Royal s’est réjouit sur Yahoo! à l’idée de faire du football un sport mixte à l’international. Mais une telle idée est-elle envisageable ? On a demandé l’avis d’une spécialiste de la discipline et d’une joueuse professionnelle.

"Pourquoi pas du foot mixte? Vous imaginez le spectacle, c'est extraordinaire !" Ce sont en ces termes que Ségolène Royal, interrogée par Yahoo! vendredi 5 juillet 2019, s’est exprimée. Enjouée par l’engouement qu’a suscité la Coupe du Monde de football ces dernières semaines, la femme politique a exprimé son souhait que les matchs de tennis se jouent en 5 sets pour les femmes comme pour les hommes. Elle s’est également réjouie de l’impact que les joueuses de l’Équipe de France avaient sur les petites filles, qui ont enfin pu avoir l’opportunité de se projeter en tant qu’athlètes. Au fond, l’ancienne ministre a clairement jeté un pavé dans la mare, et elle n’est pas la première : le football - et le sport en général - est-il encore sexiste en 2019 ? 

Les propositions de Ségolène Royal ont fait naître des interrogations au sein de la rédaction. Pour y répondre nous avons interrogé Laurence Prudhomme-Poncet, auteure de ‘L'Histoire du football féminin au XXe siècle’ et la joueuse Hélène Fercocq, milieu de terrain au FC Metz. Et leurs avis sont divisés.

Quid des compétitions internationales mixtes ? Tout d'abord, pour la joueuse professionnelle, le football est toujours un milieu très sexiste, qui ne permet pas forcément d’envisager de jouer ensemble. "Je ne suis pas certaine que des femmes accepteraient de disputer une compétition internationale avec des hommes, nous explique-t-elle. Et l’inverse est d’autant plus vrai." Un avis que ne partage pas forcément la spécialiste, qui souhaite encourager l’idée et voir plus loin. "Pourquoi les femmes et hommes ne pourraient pas s’engager sur le même terrain ? questionne-t-elle. La mixité dans les pratiques sportives est un enjeu important en vue de favoriser l’accès des femmes aux activités physiques et sportives. Différentes initiatives en faveur du football mixte ont récemment vu le jour." Parmi elles, des clubs en France, en Suisse et en Belgique, qui réunissent régulièrement des joueuses et des joueurs qui jouent ensemble.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Pour moi, le foot masculin et féminin ne peuvent pas se comparer.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Mais si ces pratiques existent au niveau local, Hélène Fercocq est catégorique : jouer en mixte est impossible en compétition internationale, pour des raisons physiques. "Pour moi, le foot masculin et féminin ne peuvent pas se comparer. Il y a trop de disparités pour que ça puisse se faire, développe-t-elle. Les hommes sont naturellement plus forts d’un point de vue physique, plus rapides également. Le niveau technique et tactique est aussi trop important pour le moment entre le football masculin et féminin puisque le football masculin est développé depuis de nombreuses années contrairement au football féminin."
Au-delà de ça, la joueuse est surtout convaincue qu’il serait dangereux de jouer les unes contre les uns. "S’il y a un contact physique entre un homme et une femme, ce serait dangereux pour nous, continue la joueuse professionnelle. Lorsque je joue encore avec mes amis du football, je fais toujours attention, même s’il n’y a pas de volonté de faire mal chez eux, je réfléchis à ma manière d’aller au contact, d’aller au duel aussi." Une technique qui l’empêche de jouer naturellement, d’être tout à fait entière sur le terrain, et finalement de prendre du plaisir à jouer.

C’est une problématique à laquelle Laurence Prudhomme-Poncet aurait une solution, qui impliquerait des modifications drastiques. "Comment envisager une ou des formes de pratiques mixtes favorables à l’égalité ? s’interroge-t-elle. La mise en oeuvre d’une mixité sans relation de domination reste à inventer." Des règles du jeu seraient donc à changer, mais bien au-delà des terrains de football. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires