La pollution atmosphérique causerait des crises de paranoïa La pollution atmosphérique causerait des crises de paranoïa

L'époque en live

La pollution atmosphérique causerait des crises de paranoïa par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 30 Mars 2019

Il ne fait décidément pas bon vivre en ville. A en croire une récente étude britannique, la pollution atmosphérique pourrait être à l’origine de psychoses sévères, notamment chez les plus jeunes. Explications.

Hallucinations auditives ou visuelles, crises de paranoïa et même graves troubles psychotiques, ces pathologies pourraient toutes être liées à la pollution de l’air qui affecterait la santé mentale des jeunes adultes. Selon une étude britannique menée par des chercheurs du King’s College London (KCL) et publiée dans la revue scientifique JAMA Psychiatry le 27 mars 2019, les adolescent.e.s qui ont grandi en ville, sont plus souvent amené.e.s à entendre des voix ou à développer des comportements paranoïaques. Plus parlant encore, ils/elles seraient deux fois plus susceptibles de développer ce genre de troubles. 

Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheurs.e.s ont mené l’enquête auprès de 2 232 jeunes vivant en Angleterre et en Ecosse. Ils/elles se sont alors rapidement aperçu.e.s que 30% du panel interrogé souffrait de comportements psychotiques et que ces troubles affectaient surtout les 12-18 ans. Pas étonnant, puisque les enfants et les jeunes adultes représentent la majeure partie des victimes de la pollution atmosphérique mondiale. Selon le docteur Joanne Newburry, "comparé à ceux qui y sont moins exposés, les adolescents qui sont souvent confrontés à un fort taux d’oxyde de nitrogènes ont 72% de risques supplémentaires de faire des crises de psychose". En plus de faire entrer des particules lourdes de métal dans les poumons, la pollution de l’air serait donc à l’origine d’inflammation du cerveau et pourrait aussi causer de nombreuses maladies mentales. Un problème à ne pas prendre à la légère selon le Professeur Frank Kelly, co-auteur de cette étude. "D’ici à 2050, 70% de la population mondiale vivra en ville, ce qui pourrait faire de la psychose un problème urgent de santé publique", a-t-il déclaré. 

Pour autant, les chercheurs appellent à prendre ces premiers résultats avec des pincettes. Ils précisent que de nouvelles recherches seront menées dans les prochains mois. "Pour le moment, les résultats ne prouvent pas encore que la pollution de l’air cause forcément des troubles psychotiques, mais ils montrent bien que ces troubles augmentent dans les zones urbaines polluées", a expliqué l’un des auteurs. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires