La pilule contraceptive a un impact sur l’hypothalamus des femmes La pilule contraceptive a un impact sur l’hypothalamus des femmes

L'époque en live

La pilule contraceptive a un impact sur l’hypothalamus des femmes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 9 Décembre 2019

D’après de récentes recherches effectuées par des scientifiques américains, la pilule contraceptive altérerait l’hypothalamus et serait à l’origine de certains troubles tels que la baisse de libido ou l’irritabilité.

Nombreuses sont les femmes qui abandonnent la pilule au profit d’un autre moyen de contraception. En cause ? Les effets secondaires associés, telles que la baisse de libido, l’irritabilité, les sautes d’humeur ou encore la prise de poids. Des symptômes qu’elles remarquent de leur côté, mais qui ne sont pas encore systématiquement reconnus dans le milieu médical. Nous avions écrit un article à ce sujet en début d’année 2019, que nous vous invitons à consulter, en cliquant sur ce lien
Ces symptômes, directement liés aux bouleversements hormonaux que le corps subit, pourraient en fait être dus à des altérations du cerveau des femmes sous pilule. Oui, pour la première fois, des scientifiques de la Radiological Society of North America auraient enfin réussi à expliquer ces effets secondaires. D’après les recherches qu’ils ont effectué sur une cinquantaine de femmes, dont 21 sous pilule contraceptive, ces dernières auraient un hypothalamus beaucoup plus petit que celles qui n’en prennent pas.
C’est quoi l’hypothalamus ? Comme le rappelle le magazine Sciences et Avenir, l’hypothalamus est situé à la base du cerveau et à l’origine des hormones. C’est notamment lui qui aide à réguler des fonctions du corps qui sont essentielles, telles que la température de l’organisme, mais aussi l’humeur, l’appétit ou la libido. Tiens, tiens, étonnant. 

"Cette première étude en la matière montre une forte association [entre pilule et rétrécissement de l'hypothalamus] et devrait motiver à entamer des recherches plus poussées sur les contraceptifs oraux et la structure du cerveau mais aussi sur leur impact potentiel sur les fonctions cérébrales", a expliqué le Dr Michael Lipton, professeur de radiologie au collège de médecine Albert Einstein, et directeur du service d’imagerie du centre médical Montefiore de New-York. Une réelle avancée dans la recherche, en somme. 

Enfin - et c'est déjà ça - toujours d’après Sciences et Avenir, l’étude n’aurait montré aucune corrélation entre la pilule et les fonctions du cerveau liées à la mémoire, au langage ou au raisonnement. Néanmoins, les scientifiques ont tout de même observé qu’un petit hypothalamus était associé à une colère plus forte et à un symptôme dépressif plus important. "Il y a un manque de recherche sur les effets des contraceptifs oraux sur cette partie du cerveau humain, qui est certes petite mais essentielle", regrette le Dr Lipton. On n’aurait pas dit mieux… Peut-être serait-il temps de développer des recherches plus poussées pour éviter d'altérer la santé - physique et mentale - de millions de femmes. Car cette étude ne dit pas si les effets de la pilule sont réversibles, ou pas. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires