"#Karlmennskan" : les Islandais se rebiffent contre la masculinité toxique "#Karlmennskan" : les Islandais se rebiffent contre la masculinité toxique

L'époque en live

"#Karlmennskan" : les Islandais se rebiffent contre la masculinité toxique par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

6 minutes

Publié le Mercredi 21 Mars 2018

Les clichés sexistes, c’est aussi une affaire d'hommes. Sur Twitter, les Islandais se rebellent contre la masculinité toxique avec le hashtag "#karlmennskan".

"Sois un homme" et ne porte pas de rose, "sois fort" et ne montre pas tes sentiments, "sois viril" et ne te maquille pas. Comme les femmes, les hommes aussi sont victimes de clichés sexistes. Les Islandais ont décidé de le prouver à travers le hashtag (imprononçable), #Karlmennskan (ou "masculinité", merci à Google Trad). Des stéréotypes presque homophobes qui cantonnent les mecs à une personnalité consistant à ne pas montrer de tendresse ou de vulnérabilité, soi-disant parce que c’est uniquement de cette façon qu’on peut être un vrai bonhonmme.
C’est suite à une conversation avec la politicienne et activiste Sóley Tómasdóttir que l’Islandais Þorsteinn V. Einarsson a décidé de lancer le mouvement, pour prouver que les hommes aussi peuvent pleurer, être vulnérables et même aimer une liqueur sucrée comme le Baileys, apparemment trop féminine pour être appréciée par les hommes. Rapidement, la Twittosphère islandaise a dénoncé ces clichés, et heureusement, une utilisatrice a bien voulu tout traduire.

"Après la fausse couche de ma femme, j'ai commencé à me balader tout seul en voiture pour pleurer. J'avais besoin de lâcher prise. Je ne pouvais pas laisser qui que ce soit me voir en train de pleurer à cause de la #masculinité"

"Je pense que le Bailey's est très bon. Je ne le commande pourtant jamais dans les bars à cause de la #masculinité"

Si on félicite nos amis les Islandais d'avoir dénoncé la masculinité toxique dont ils sont victimes, n'oublions pas ces Youtubeurs flamboyants qui ont créé leurs propres fanbase en brisant les règles de genre imposées aux hommes. On cite notamment James Charles ou Patrick Starr, mais aussi Creations2Kill, qui se maquillent mieux que nous.  

????A Meal...

Une publication partagée par patrickstarrr (@patrickstarrr) le

So I haven't posted here in ages! Lots going on! Sorry. Here's a picturee of a fun shooting.

Une publication partagée par Creations2Kill (@creations2kill) le


Et, évidemment, les femmes aussi l’ouvrent. Rappelons quand même qu'à part être jolies, elles aussi peuvent jouer aux jeux vidéos (personnellement, rien ne vaut une soirée entière devant une partie de League of Legends), parler fort et même devenir des docteurs ou des ingénieurs, des métiers plutôt masculins, selon les stéréotypes sexistes. Avec ses inventions toutes aussi folles, l'ingénieure américaine Simone Giertz fait partie de ces Youtubeuses qui montrent de quel bois les femmes se chauffent quand elles ont une idée en tête (même si ses machines ont parfois besoin de quelques retouches).

the soup robot DGAF about your soup needs

Une publication partagée par Simone Giertz (@simonegiertz) le

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus