#JeNeSuisPasUnVirus : le coronavirus attise le racisme anti-asiatique #JeNeSuisPasUnVirus : le coronavirus attise le racisme anti-asiatique

L'époque en live

#JeNeSuisPasUnVirus : le coronavirus attise le racisme anti-asiatique par Margot Ferger

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Mercredi 29 Janvier 2020

Depuis que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés en France, les Français d’origine asiatique ont expliqué sur les réseaux sociaux être victime de racisme quotidien, sous le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus.

Depuis plusieurs jours les témoignages se multiplient : beaucoup de Français d’origine asiatique se disent être victimes de discrimination et d’amalgames liés à la propagation du virus chinois. On remarque sur les réseaux sociaux énormement de personnes se moquant des personnes d’origine asiatique, et certains s’attaquent même particulièrement aux personnes d'origine chinoise dans des publications. Les propos tenus blessent des personnes de la communauté chinoise qui ont l’impression d’être considérées comme des dangers.

Afin de lutter contre ces amalgames, une jeune femme restée anonyme a lancé sur Twitter le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus qui dénonce les discriminations et le racisme quotidiens subi par les Français aux origines asiatiques. "Il y a un processus de "racialisation" qui est fait sur ce virus. On sait très bien qu'un virus n'a pas de nationalité!", écrit la jeune femme, "tout ça me touche personnellement. J'en viens même à me demander comment les gens pourraient réagir dans les espaces publics si jamais je toussais", peut-on lire dans son texte. Et la jeune femme de conclure même en disant que "le pire des virus c'est le racisme systémique!".

Dans son texte on voit qu’elle s’attaque également à la Une du journal Courrier Picard qui parle d’une "alerte jaune", le 25 janvier dernier, avec en photo de couverture une femme asiatique portant un masque. Celle-ci avait également été dénoncé par l’Association des Jeunes Chinois de France (AJCF) sur Facebook.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires