Iran : Internet se mobilise après l’arrestation d’une jeune femme qui a dansé sur Instagram Iran : Internet se mobilise après l’arrestation d’une jeune femme qui a dansé sur Instagram

L'époque en live

Iran : Internet se mobilise après l’arrestation d’une jeune femme qui a dansé sur Instagram par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 10 Juillet 2018

Une jeune Iranienne de 18 ans s’est fait arrêter pour avoir posté des vidéos d’elle en train de danser sur Instagram. Depuis, de nombreux internautes se mobilisent sur les réseaux sociaux pour la soutenir.

Jamais on n’imaginerait se faire condamner pour avoir posté des vidéos où l’on danse sur les réseaux sociaux. Pourtant, c’est ce qui est arrivé à Maedeh Hojabri à Téhéran, en Iran, début juillet. La jeune femme de 18 ans postait régulièrement des vidéos où elle danse sur Instagram sur de la musique pop, sans voile et maquillée. Et c’est très mal passé. En Iran, les tenues des hommes et femmes sont scrutés à la loupe par les autorités, les femmes doivent sortir voilées et personne n’a le droit de danser avec un individu du sexe opposé. D’après Le Monde, la cyberpolice du pays avait déjà interpellé des Iraniens membres d’Instagram quelques semaines avant car ils avaient partagé des contenus de leurs danses ou de leurs soirées. Arrêtés pour "contenus immoraux", ils auraient ainsi porté atteinte au pays. Maedeh Hojabri aurait donc été arrêtée pour la même raison.

Depuis, selon Courrier International, la jeune danseuse aurait été relâchée sous caution. Et à quel prix... La jeune femme a en effet dû s’excuser publiquement à la télévision iranienne, dans un film de trente minutes appelé "Le documentaire du mauvais chemin". A ses côtés, les trois autres individus arrêtés cités plus haut. "Je n’essayais pas d’attirer l’attention, s’est-elle défendue, en larmes. J’ai des followers et ces vidéos étaient pour eux. Je n’avais pas l’intention de les encourager à faire de même." 

Rien n’indique si la jeune femme échappera à une condamnation, mais son parcours a ému les Internets. Parmi eux, Reihan Taravati, une Iranienne arrêtée en 2014 pour avoir dansé sans voile sur la chanson "Happy" de Pharrell Williams.

Traduction : "Vous m'avez arrêtée parce que j'étais heureuse quand j'avais 23 ans. Maintenant, vous arrêtez Maedeh Hojabri et elle n'a que 18 ans! Qu'allez-vous faire à la prochaine génération?"

On retient également Hossein Ronaghi, un blogueur et dissident au gouvernement iranien qui avait d’ailleurs été arrêté en 2009 et qui prend la défense de la jeune femme dans un thread sur Twitter.

Traduction : "Si vous dites aux gens n'importe que des jeunes filles de 16 ou 17 ans se font arrêter pour leurs danses, leurs joies et leur beauté parce qu'elles répandraient l'indécence, alors que des violeurs d'enfants et d'autres sont libres, ils rigoleront! (…)  Tout ce que désire la jeune génération est de vivre une vie heureuse, dans la liberté, et en donnant des ailes à leurs rêves. Laissez-les vivre, donnez-nous l’opportunité de respirer et, surtout, donnez-vous la possibilité de voir et de comprendre le sens de la vie".

Les internautes s’emparent également du #Beraghs_ta_beraghsim ("Danse pour que nous continuions à danser") et dansent pour défendre la jeune femme. L’ancien journaliste politique Milad Fadai Asl, devenu ouvrier après plusieurs arrestations d’après Le Monde, est l’un d’entre eux.

Traduction : "Voici ma danse dans l’atelier, en pensant aux danseurs détenus. Libérez-les, laissez les gens vivre avec ces petites raisons de bonheur".

La journaliste iranienne Masih Alinejad a également pris la parole.

Traduction : "La République Islamique d’Iran a arrêté ces quatre femmes courageuses pour avoir dansé ou s’être battues pour la liberté. Je danse dans la rue pour représenter leur voix".

Enfin, Amnesty International s’est également mobilisé et a publié une vidéo accompagnée du #DancingIsNotACrime ("Danser n’est pas un crime").

Traduction : "Pensez-vous que c'est un crime ? En Iran, c'en est un. L'adolescente Maedeh Hojabri a été arrêtée pour avoir posté des vidéos d'elle en train de danser sur Instagram. Nous sommes avec le peuple d'Iran, et nous clamons que danser n'est pas un crime. Danserez-vous avec nous ??????

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus