Instagram : de nouveaux outils prévus pour lutter contre le suicide Instagram : de nouveaux outils pour lutter contre le suicide

L'époque en live

Instagram lance de nouveaux outils pour lutter contre le suicide par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 7 Février 2019

En 2017, l'adolescente britannique, Molly Russel, s'était suicidée après avoir consulté de nombreuses images liées au suicide sur Instagram. Face à ce scandale, les dirigeants du réseau social promettent de nouvelles mesures de prévention comme l'"écran de sensibilité".

Dans une tribune publiée par le quotidien britannique Daily Mail, ce 4 février 2019, le nouveau patron d'InstagramAdam Mosseri, a annoncé de nouvelles mesures de prévention liées au suicide sur le réseau social. Il y explique que les publications relatives au suicide seraient désormais précédées d’un "écran de sensibilité" : les utilisateurs devront confirmer qu'ils souhaitent bien voir le contenu en question. "Nous n’autorisons pas nos utilisateurs à faire la promotion des comportements autodestructeurs, mais les conseils que nous avons reçus nous conduisent à penser qu’il ne faut pas stigmatiser les problèmes de santé mentale en supprimant les images qui reflètent les sujets sensibles avec lesquels des personnes sont aux prises", déclarait le PDG d'Instagram. Instagram s'aligne donc avec Facebook et Twitter. En 2016, Mark Zuckerberg avait annoncé la mise en place d'un "bouton de prévention du suicide". Adam Mosseri a ajouté qu'il souhaitait supprimer les résultats de recherche et les hashtags en lien avec ces thématiques. Une tâche qui s'annonce difficile : “nous ne parvenons pas encore à trouver ces images avant qu’elles ne soient vues par d’autres utilisateurs”, avait-il également confié.


Cette prise de conscience intervient après le suicide de l'adolescente britannique, alors âgée de 14 ans, Molly Russel en 2017. L’analyse de son compte Instagram a récemment révélé qu’elle avait consulté de nombreuses publications liées au suicide, à la dépression et à l’automutilation. Dans un entretien accordé à la BBC le 4 février dernier, son père avait déclaré qu'Instagram "avait aidé à tuer sa fille".

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings