Hôtellerie, drogue, sexe : une étude Britannique alerte sur les éventuelles dérives de la mise en service des voitures autonomes Hôtellerie, drogue, sexe : une étude Britannique alerte sur les éventuelles dérives de la mise en service des voitures autonomes

L'époque en live

Voitures autonomes : tous les vices dont elles pourraient être le théâtre par Marine Decremps

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 20 Novembre 2018

Une récente étude met en lumière les dérives de l’utilisation des voitures autonomes. Inquiétante pour l’hôtellerie ou la restauration, la principale dérive seraient la possible utilisation des véhicules par des réseaux de prostitution.

Face à la recrudescence de nouvelles technologies, les analystes s’inquiètent des dérives. C’est le cas avec la voiture autonome. Une étude publiée dans la revue Annals of Tourism Research met en lumière les comportements à prévoir lors de la mise en circulation de ce nouveau mode de mobilité. Et d’en alerter sur les conséquences directes de ces nouveaux usages.
Les utilisateurs pourront dormir dans leur véhicule, ce qui aura des conséquences directes sur l’économie des hôtels de bord de route” souligne Scott Cohen – directeur de recherche à la School of Hospitality and Tourism Management de l’université du Surrey, en Angleterre - qui a dirigé l’étude, avant d’ajouter que le problème serait le même si les conducteurs venaient à manger dans leur véhicule. Imputant alors des conséquences au modèle économique des restaurants d’autoroute. Mais au-delà de ces habitudes touchant le secteur du tourisme, l’étude s’est penchée sur d’autres dérives, telles que la consommation de drogues ou la prostitution. “L’étude nous a amené à nous demander, que feraient les utilisateurs ainsi libérés de la conduite ? L’association entre le sexe et la voiture ne s’est pas fait attendre. Et entre la fiction et la réalité il n’y a qu’un pas”, a observé Scott Cohen.

"Des hôtels de passe mobiles"
Au-delà du fantasme, l’étude a voulu démontrer que la pratique du sexe dans les véhicules autonomes pourrait mener à des rapports sexuels tarifés. Transformant les voitures autonomes en hôtels de passe mobiles. “De nombreuses activités illégales se jouent dans les voitures”, souligne Scott Cohen. “Là où la prostitution est légale et que la règlementation permet la mise en service de ce type de véhicule sur les routes, cela peut aller très vite”, a conclu Scott Cohen.
L’étude rappelle que 60% des Américains ont déjà eu des relations sexuelles dans une voiture et note que d’ici 2040 les rapports sexuels dans des voitures autonomes pourraient largement se répandre. En France, si les tests se poursuivent encore, le gouvernement souhaite autoriser la mise en circulation, d’un nouveau palier d’autonomie tous les deux ans à partir de 2020.
Bien que ces véhicules seraient mis en service avec des systèmes de surveillance, ceux-ci seraient facilement contournables ou dégradables, pointe l’étude.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus