Grève : quelles sont les revendications des assistantes maternelles françaises ? Grève : quelles sont les revendications des assistantes maternelles françaises ?

L'époque en live

Grève : quelles sont les revendications des assistantes maternelles françaises ? par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 19 Novembre 2019

Ce mardi 19 novembre 2019, les assistant.e.s maternelles françaises sont à nouveau en grève. Ces dernières demandent le retrait d’un texte de loi prévoyant l’obligation pour elles de renseigner leurs horaires et tarifs sur une plateforme dédiée.

Elles/Ils sont 318 000 en France et sont en grève pour la deuxième fois de l'année ce mardi 19 novembre 2019. Les assistant.e.s maternelles protesent contre une disposition du projet de loi de financement de la Sécurité sociale censée entrer en vigueur en 2020. Si le texte venait à être adopté, les nourrices auraient pour obligation de s’enregistrer sur le site dédié de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), Monenfant.fr, et d’y renseigner adresse, tarifs et disponibilités. Une atteinte à la vie privée pour ces nounous même si 75% d’entre eux/elles sont déjà inscrit.e.s sur la plateforme.

Les autorités expliquent que cela permettrait de "donner aux familles une vision complète de l’offre sur le territoire" et "de développer des outils de recherche et de mise en relation entre les parents et les modes d’accueil susceptibles de répondre à leur besoin". Mais les principales.ux concerné.e.s ne l’entendent pas de la même oreille. Selon elles/eux, l’outil est un moyen de les surveiller et de les mettre en concurrence. "On est censé assurer la sécurité des enfants qu’on nous confie, mais là pour le coup on ne nous y aide pas… On n’est pas contre ce site, c’est juste qu’on ne veut pas qu’il nous expose à la vue de tous. On veut que notre sécurité soit garantie", explique Laurence Joly, cofondatrice du Collectif des Assistantes maternelles en colère/Gilets roses. Surtout, le texte de loi prévoit de retirer l’agrément de celles/ceux qui refuseraient de transmettre leurs informations à la Cnaf. Inadmissible pour les professionnel.le.s du secteur qui rappellent que, sans lui, leur travail est impossible.

Les assistant.e.s maternelles, qui pointent également du doigt les nombreux retards de paiement dus à des couacs informatiques, demandent donc le retrait pur et simple du texte. Elles/ils manifesteront donc également, gilets roses sur le dos, devant le ministère des Solidarités et de la Santé le 20 novembre 2019.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires