Gay Games : des "Mondiaux de la Diversité" pour lutter contre les préjugés Gay Games : des "Mondiaux de la Diversité" pour lutter contre les préjugés

L'époque en live

Gay Games : des "mondiaux de la diversité" pour lutter contre les préjugés par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Samedi 4 Août 2018

Ce samedi 4 août marque le début de la 10ème édition des Gay Games, une compétition sportive qui réunira quelques 10 000 athlètes dans la capitale française jusqu’au 12 août prochain. Son mantra : diversité, respect et tolérance. Zoom sur les "Mondiaux de la Diversité" édition 2018.

Coup d’envoi de la dixième édition des Gay Games aujourd’hui à Paris. Du 4 au 12 août prochain, près de 10 300 athlètes issus de 90 pays différents viendront concourir dans l’une des 36 disciplines proposées par le championnat. Natation synchronisée, football, athlétisme ou encore cyclisme : il y en a pour tous les goûts, et pour tous les niveaux. Mais attention, le nom de la compétition est trompeuse puisque si elle prône la diversité, le respect et la tolérance, elle n’en reste pas moins ouverte à tous. Les personnes LGBTQ+ sont les premières concernées par l’évènement, mais la participation des minorités ethniques et raciales, et des personnes handicapées, est vivement encouragée par les organisateurs. Voilà pourquoi l‘association Paris 2018, organisatrice de cette édition, a surnommé ces Gay Games "mondiaux de la diversité". Il s’agit ici de rompre avec les valeurs trop souvent véhiculées par le monde sportif : la compétition, l’élitisme et l’éloge de la virilité. Pour cela, et en plus des évènements sportifs, des évènements culturels et des conférences sur des sujets sociétaux figurent au programme de cette nouvelle édition. Objectif : lutter contre l’homophobie à travers le sport. Ainsi, plusieurs compétitions seront organisées dans le but de chambouler les stéréotypes : natation synchronisées pour hommes, danse et patinage artistique en couple de personnes de même sexe, sports collectifs mixtes… Tout est mis en place pour que l’on s’éloigne progressivement la virilité extrême trop souvent mise en avant dans le sport. 


Au programme, une semaine de compétition sportive, d’évènements culturels et de rassemblements festifs qui commenceront par une cérémonie d’ouverture au stade Jean Bouin (16ème arrondissement de Paris) le 4 août à 17 heures. Toutes les nations représentées défileront alors sous forme d’une gigantesque parade qui promet d’être grandiose. L’édition 2018 s’achèvera par une cérémonie de clôture tout aussi majestueuse qui elle, se déroulera sur le parvis de l’Hôtel de Ville le 11 août prochain. Seul bémol : si l’Etat français a particulièrement soutenu l’évènement, ce n’est pas le cas des grands équipementiers sportifs, qui n’ont pas souhaité apporter leur pierre à l’édifice. Pourtant, avec seulement 4 millions d’euros de budget, soit très peu face aux 6,8 milliards consacrés aux Jeux Olympiques de 2024, les organisateurs auraient bien eu besoin d’un petit coup de pouce. Preuve qu’il reste encore pas mal de chemin à parcourir…

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus