Faire ses courses n’a jamais coûté aussi cher Faire ses courses n’a jamais coûté aussi cher

L'époque en live

Faire ses courses n’a jamais coûté aussi cher par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 23 Février 2019

C’est un constat alarmant que dresse l’association de consommateurs Familles Rurales dans son dernier rapport. Selon l’organisation, le prix moyen d’un panier de courses en grande surface n’a jamais été aussi élevé qu’en 2018. Explications.

Après cinq années de tickets de caisse plutôt stables, les prix ont tout de même fini par s’envoler dans les supermarchés. Faire ses courses n’a jamais été aussi cher qu’en 2018. Selon l’association de consommateurs Familles Rurales, qui a publié ce vendredi 22 février 2019 les conclusions annuelles de son Observatoire des prix, "2018 a été une année record". Un caddie moyen ayant même augmenté de 2,6% en un an. 

Avec 35 produits de consommation courante répartis dans 13 catégories, le panier moyen de 2018 s’élève à 139,50 euros, soit une hausse de 2,6% par rapport à 2017. Une augmentation du coût de la vie qui se vérifie malheureusement dans toutes les surfaces de vente, de la supérette à l’hypermarché en passant par les enseignes discount. En revanche, les coûts ne sont pas les mêmes partout en France et l’association a noté de fortes disparités dans le pays. "Faire ses courses dans l'Ouest de la France coûte ainsi près de 10% moins cher qu'en Île-de-France" puisque le panier moyen s’y établit à 135,60€, contre 150,10€ en région parisienne. Les territoires les plus marqués par la flambée des prix restent les départements d’Outre-mer, où un caddie moyen revient à 231,80€, soit 66% de plus qu’en métropole. Plus grave encore : à Mayotte, le même panier coûte 73% de plus. Une situation inadmissible que dénonce l'association.

L’augmentation est également visible sur les produits premiers prix, Familles Rurales ayant même constaté une hausse du prix de ces articles de 6,9% en moyenne. Ainsi, en dix ans, le panier premier prix a connu une hausse de quasiment 5%, atteignant son "point culminant" cette année. Une situation inquiétante qui "pénalise principalement les budgets les plus contraints". Enfin, si le "bien manger" est de mise dans plus en plus de foyers français, il coûte toujours aussi cher. En moyenne, le bio revient à 65% plus cher qu’un panier classique, et à deux fois plus cher qu’un plein de courses premier prix... 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires