Fairbnb : la riposte éthique à Airbnb, qui va reverser 50 % de ses bénéfices au développement local Fairbnb : la riposte éthique à Airbnb, qui va reverser 50 % de ses bénéfices au développement local

L'époque en live

Fairbnb : la riposte éthique à Airbnb, qui va reverser 50% de ses bénéfices au développement local

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 15 Février 2019

Basée en Italie, la société Fairbnb souhaite se démarquer de Airbnb en réinvestissant la moitié de ses bénéfices à des projets de développement locaux. Cette alternative sera testée en avril 2019, dans cinq villes européennes.

En décembre dernier des manifestations agitaient le centre-ville d’Amsterdam : les riverains étaient très mécontents de la plateforme Airbnb qui selon eux, livrait les cœurs de cité aux masses de touristes. L’entreprise qui au départ était le joli rêve d’une économie collaborative, favorisant en deux clics les interactions dans le monde entier, est aujourd’hui de plus en plus critiquée. Du coup, de nouvelles structures s’organisent et parmi elle l'entreprise Fairbnb. "On s'est rendu compte que ce genre de plateformes dites 'extractives' nées aux Etats-Unis n'avaient pas d'impact positif sur les destinations touristiques et leurs habitants, au contraire. L'essor d'Airbnb a participé à la hausse des prix de l'immobilier et donc à la gentrification des centre-villes", souligne Carlo Pesso, membre de Fairbnb.



Avec ce préfixe fair-, tout est expliqué dans son nom : la plateforme se veut coopérative et éthique. "L'idée a surgi simultanément dans plusieurs grandes villes, chez des urbanistes, des chercheurs, des développeurs, qui ont décidé d'unir leurs forces dans cette coopérative", raconte Carlo Pesso. L'expérience doit être lancée au printemps 2019 et menée dans cinq villes européennes : Amsterdam, Barcelone, Bologne, Valence et Venise, avant une possible extension. Parmi les objectifs de la plateforme, dont le siège est à Bologne en Italie, il y a une transparence des revenus, une collaboration constante avec les autorités ainsi qu’une limite de location à un ou deux biens par citoyen. Mais surtout, le plus de Fairbnb c’est la promesse de réinvestir 50% des bénéfices issus des commissions perçues pas la plateforme dans des projets locaux. Cela pourra être de l’investissement pour des centres culturels, des jardins en permaculture ou bien des cours du soir. Un pré-formulaire est en ligne pour les voyageurs ou hôtes motivés. Côté financement, un crowdfunding doit être lancé et les investisseurs sont les bienvenus.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires