L'époque en live

"Facebook Dating" : 5 raisons pour lesquelles on n'a pas envie de draguer sur le réseau social par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 14 Novembre 2018

Facebook a lancé ce jeudi 8 novembre sa nouvelle fonctionnalité de rencontres au Canada et en Thaïlande, baptisée "Facebook Dating". D'après son PDG, Mark Zuckerberg, cette nouveauté permettra de "bâtir de vraies relations à long terme" et pas seulement des "coups d’un soir, contrairement aux applications en vigueur". Est-ce vraiment la meilleure idée de ses dirigeants ? Pas sûr. Voici cinq raisons pour lesquelles on n'a pas envie d'utiliser Facebook pour trouver l'amour.

#1 On n'a pas envie de croiser sa mère
Malgré tous les scandales auxquels il a dû faire face cette année, Facebook se lance dans la rencontre en ligne. S'il fait déjà office de site de rencontres pour certains utilisateurs, comme Instagram et la plupart des autres réseaux sociaux d'ailleurs, a-t-on vraiment envie de prendre le risque de tomber sur le profil Facebook de sa mère ou de son oncle ? Pas certain.

#2 Ni les relous d'ailleurs 
Lors de la conférence annuelle "F8" qui a eu lieu au mois de mai, Facebook, qui contient une quantité astronomique de données sur ses utilisateurs, expliquait que pour améliorer l'expérience de dating, les suggestions de rencontres seraient basées sur les affinités communes des internautes. On risque donc de (re)tomber sur le profil de Ludovic, notre voisin de classe turbulent de la 6ème3 qu'on voulait oublier à tout jamais. 

#3 Facebook est devenu ringard 
Considéré comme le premier réseau social au monde avec plus de 2,27 milliards d’utilisateurs actifs en 2017, Facebook a-t-il toujours la cote auprès des jeunes ? Les utilisateurs friands de photos lifestyle (fitness, beauté, mode cuisine…) ont aujourd'hui tendance à privilégier Instagram qui affiche une croissance globale énorme (plus d’1 milliard d’utilisateurs actifs par mois) sur toutes les tranches d’âges, plus particulièrement auprès des adolescents (derrière Snapchat et YouTube), selon l’étude du Pew Research Center d’avril 2018. Privilégions donc les like sur Instagram et les photos avec des filtres sur Snapchat plutôt que les poke sur Facebook. 

#4 Attention aux bad buzz
Facebook a évoqué la séparation du profil classique et du profil Dating lors de la présentation de sa nouvelle fonctionnalité. Seulement voilà, qui ne s'est jamais trompé entre son compte personnel et son compte professionnel (les community manager se reconnaîtront), envoyant ainsi une photo compromettante de soi à son collègue Michel ? 

#5 Et la vie privée dans tout ça ? 
Même si la société propose des profils différents, pour draguer et pour le quotidien, selon certains experts, ce nouvel outil soulèverait des préoccupations en matière de confidentialité des données personnelles. Tamir Israel, avocat à la Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet du Canada Samuelson-Glushko, se demande par exemple comment les profils Facebook et Facebook Dating d’un utilisateur seront distingués : "Les gens penseront qu’il y a un certain degré d’isolation parce qu’ils décident de ce qui va figurer sur leur profil (de rencontres), mais nous avons vu à maintes reprises qu’il est difficile de maintenir ce type de séparation", avait-il déclaré. Un moyen supplémentaire pour le réseau social d'en apprendre un peu plus sur nous ? 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus